Retour

Les meilleurs espoirs de l'athlétisme canadien à Montréal

MONTRÉAL – Certains des meilleurs espoirs de l'athlétisme canadien seront à l'œuvre samedi au Centre Claude-Robillard dans le cadre du Grand Prix de Montréal.

Un texte de Jean-François Chabot

Les Charles Philibert-Thiboutot, Annie Leblanc, Farah Jacques et Akeem Haynes rivaliseront dans des épreuves en salle avec des athlètes venus d’une dizaine de pays.

Vendredi, à l’invitation des fédérations canadienne et québécoise, ils étaient déjà sur place afin de sympathiser avec 600 élèves de 5e et 6e année de la Commission scolaire de Montréal (CSDM).

Chacun des athlètes élites présents y voit une occasion de faire connaître son sport, et qui sait, susciter l’émergence de nouvelles carrières sportives.

Concept novateur

En plus des montants versés pour les places sur le podium (1000 $ pour l'or, 750 $ pour l'argent et 500 $ pour le bronze), des bonis en argent seront versés au meneur après chaque tour de piste durant les épreuves de 1200 m et du mile.

Philibert-Thiboutot, spécialiste du 1500 m, épreuve dans laquelle il a pris la 16e place aux Jeux olympiques de Rio et décroché le bronze aux Jeux panaméricains 2015 à Toronto, y voit aussi une rare occasion de courir devant les siens.

« Étant de Québec, je suis un peu chez moi. Je n’ai pas souvent la chance de participer à une rencontre de haute performance. Ça n’arrive plus dans mon horaire », a-t-il reconnu.

En 2017, Philibert-Thiboutot espère faire davantage sa marque au sein de la Ligue de diamant et lutter dans le peloton tête. Une place aux Championnats du monde à Londres au mois d’août est aussi dans sa mire.

Un défi amusant

Même son de cloche du côté d’Annie Leblanc. Cette étudiante en médecine native de Repentigny vient de passer les dernières années à l’Université de l’Oregon dans la NCAA.

Cette autre spécialiste du demi-fond tentera de tirer son épingle du jeu dans l’épreuve du mile, une course poursuite de 1609 m.

C’est une occasion d’être en compétition et de m’amuser. La saison intérieure au fond, je ne prends pas vraiment au sérieux. Je me concentre plus sur l’extérieur. Ça va être un petit test. Le mile est un peu hors de mon champ d’expertise. On va voir ce que ça va donner.

Annie Leblanc, spcéialiste de demi-fond

Prévoyant ouvrir sa saison extérieure à la fin d’avril ou au début de mai, Leblanc a elle aussi des visées en vue des Championnats du monde.

Revenue d’une blessure à une cheville qui l’a tenue à l’écart pendant un an et demi, la sprinteuse Farah Jacques a tout de même signé une troisième place sur 200 m aux Championnats canadiens 2016.

Membre de l’équipe du relais féminin 4 x 100 m qui a fini 7e à Rio, Farah est plus déterminée que jamais à atteindre son rêve olympique sur une base individuelle à Tokyo en 2020.

Étudiante en enseignement (mathématiques) à l’Université du Québec en Outaouais (Gatineau), elle vise une place pour représenter le Canada à Londres en août.

Pour y parvenir, elle devra terminer parmi les trois premières de sa spécialité aux Championnats canadiens. Les standards à rencontrer restent à déterminer.

Samedi, Farah prendra part à l’épreuve du 60 m, une course qui devrait lui donner une indication sur son degré de préparation pour la saison qui arrive à grands pas.

L’événement gratuit commencera dès 9 h samedi et donnera aussi la chance d’applaudir Akeem Haynes, membre du quatuor canadien médaillé de bronze au 4 x 100 m au Jeux de Rio. Il prendra le départ du 60 m.

L'ancien champion du monde et olympique du 400 m, Jeremy Wariner, sera aussi en action contre Philibert-Thiboutot.

Dimanche, on donnera toute la place à la jeunesse dans le cadre des Championnats Hershey.

Plus d'articles