Retour

Les meurtres à leur plus bas en 40 ans à Montréal

L'année 2016 est sur le point de se terminer et, si la tendance se maintient, l'île de Montréal enregistrera son plus faible nombre d'homicides en plus de 40 ans.

Depuis le début de 2016, il y a eu 23 homicides enregistrés sur l’île de Montréal. Le premier est survenu en mars. Il s’agit d’une situation complètement différente de celles des trois dernières décennies.

Les données, fournies par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), montrent le nombre d’homicides commis par année à partir de 1972 – année où la police a commencé à compiler ce genre de statistiques.

Les homicides ont connu leur pic dans les années 70 et 80. Les années 90 ne sont pas en reste : cette période a été marquée par une hausse considérable du nombre de morts attribuables à des règlements de compte au sein du crime organisé.

Outre 2016, c’est en 2013 et en 2014 que l’île a enregistré le moins grand nombre d’homicides sur son territoire. On dénombrait 28 morts dans chacune de ces années.

Policiers et médecins à l'honneur

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada plus tôt cette année, le commandant de la section des crimes majeurs au SPVM, Vincent Rozon, attribuait le déclin du nombre d’homicides à plusieurs facteurs, dont le travail des enquêteurs.

« Sur 29 dossiers d'homicide en 2015, 21 ont été résolus. Ce qui donnait 72 % de taux de solution, un excellent taux. Des joueurs importants sont mis hors d'état de nuire, ce qui fait qu'ils ne peuvent pas commettre d'autres crimes, donc ça calme parfois cette traînée de violence là », avait-il alors expliqué.

Les progrès de la médecine sont aussi évoqués parmi les autres facteurs ayant contribué à diminuer le nombre d’homicides enregistrés. Les hôpitaux et le personnel soignant jouent un rôle non négligeable dans les statistiques : un homicide ne peut être enregistré comme tel que si la victime meurt.

La rapidité des intervenants médicaux, combinée à des avancées technologiques, permet donc de sauver un plus grand nombre de vies.

En 1993, le gouvernement du Québec a instauré une stratégie provinciale pour gérer les cas de traumatologie en sélectionnant des hôpitaux qui seraient responsables de traiter les cas les plus lourds.

Sur l‘île, ce service est assuré par l’Hôpital général de Montréal, au centre-ville.

Avant cette réorganisation à l’échelle provinciale, les chances de survie d’une personne se présentant à l’hôpital avec de graves blessures ne s’élevaient qu’à 50 %.

Cinq ans après la mise en place du système, ce chiffre grimpait à 80 %. Aujourd’hui, il se situe à 95 % dans la grande région de Montréal.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine