Retour

Les Mohawks prennent possession de terres qui font l'objet d'un litige

Le conseil de bande de Kahnawake s'approprie unilatéralement les terres à fort potentiel de développements résidentiel et commercial qui bordent l'autoroute 30.

Des travailleurs ont déjà commencé à construire une route d'accès en vue d'un projet commercial, et ce, même si les Mohawks reconnaissent que, « techniquement », les terres demeurent entre les mains du gouvernement du Québec.

Les propriétaires de ces terres avaient été expropriés au moment de la construction de l'autoroute et, en 2013, Québec a adopté un décret autorisant le transfert à la communauté mohawk d'environ 200 hectares de terres non utilisées.

La MRC de Roussillon et les municipalités de Saint-Constant, Sainte-Catherine, Châteauguay et Saint-Isidore se sont alors opposées à la décision du gouvernement, et ont déposé une requête en Cour supérieure pour avoir leur mot à dire et obtenir des compensations financières de la part du gouvernement.

Aujourd'hui, les Mohawks estiment que le gouvernement du Québec laisse traîner le litige, et commencent donc à mettre en oeuvre leur plan de développement.

« Nous en avons assez de cette poursuite, qui n'est rien d'autre qu'une tactique des maires pour retarder le processus », a affirmé jeudi le grand chef de la communauté de Kahnawake, Joseph Tokwiro Norton.

Ce dernier tient le gouvernement du Québec pour responsable du manque d'action et affirme que le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau « n'a pas retourné ses appels depuis des mois », même si le grand chef estime qu'ils avaient de bonnes relations par le passé.

Ni le gouvernement du Québec ni les villes qui contestent la propriété des terres n'ont commenté l'initiative du conseil de bande de Kahnawake.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine