Retour

Les Montréalais de plus en plus nombreux à contester leur évaluation municipale

EXCLUSIF -  Les Montréalais sont de plus en plus nombreux à contester la valeur de leur propriété telle qu'établie dans le rôle foncier. Une augmentation de plus de 13 % des demandes de révision a été enregistrée entre le rôle de 2011 et celui de 2014, selon des données obtenues en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Un texte de François Cormier

Le rôle foncier est publié une fois tous les trois ans et détermine la valeur des propriétés dans le but de calculer les taxes municipales qui seront imposées aux propriétaires.

Entre celui de 2011 et celui de 2014, c'est le secteur résidentiel qui a connu la plus forte hausse des contestations, avec 15,52 % d'augmentation. Les valeurs contestées atteignaient 6,4 milliards de dollars.

Et 2651 Montréalais ont gagné leur cause et obtenu une baisse de l'évaluation de la valeur de leur résidence telle qu'établie dans le rôle de 2014.

« C'est normal. Les hausses des évaluations ont été tellement fortes », estime Pierre Pagé, du regroupement de citoyens Montréal pour Tous, qui sensibilise la population aux enjeux reliés aux taxes municipales.

« Cela dit, la Ville a beaucoup réduit son nombre d'évaluateurs depuis 15 ans. Ils font des analyses de masse », dit-il pour convaincre les Montréalais de bien étudier leur évaluation.

Dans le secteur non résidentiel, ce sont 1009 propriétés dont la valeur a été revue à la baisse à la suite de demandes de révision du rôle de 2014. Ce secteur a connu une hausse des contestations de 8,3 % entre 2011 et 2014. Au total, les valeurs contestées atteignaient 14,1 milliards de dollars.

« Attendez-vous à une explosion des contestations avec le prochain rôle d'évaluation », prédit le conseiller municipal de Projet Montréal, Guillaume Lavoie. « C'est une bonne nouvelle quand la maison vaut plus cher, mais en attendant, vous payez plus cher de taxes et vous n'avez pas plus de services », déplore-t-il.

En chiffres absolus, ce sont les arrondissements de Ville-Marie, du Plateau-Mont-Royal et de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce où les citoyens sont les plus nombreux à contester la valeur de leur propriété. Ce sont aussi les arrondissements les plus populeux de Montréal.

Cependant, c'est l'arrondissement de Pierrefonds-Roxboro dans lequel l'augmentation des demandes de révision a été la plus marquée, suivi de Ville-Marie, Outremont, Le Sud-Ouest et Verdun.

Et si on reportait le paiement des taxes à plus tard?

Projet Montréal propose de reporter l'augmentation des paiements des taxes pour certains citoyens, notamment les personnes âgées. « Pourquoi ne pas donner un congé d'augmentation de taxes pour les prochaines années? Quand ils vendront leur maison et qu'ils seront riches, ils remboursement la part qui est due à la Ville », suggère le conseiller Guillaume Lavoie.

Radio-Canada a fait une demande d'entrevue à la Ville de Montréal. L'administration Coderre a répondu qu'elle fournirait des réponses aux questions soulevées.

Les exemples de Philadelphie, Boston... et Québec

« À Philadelphie, ils réduisent de 30 % l'évaluation de la résidence avant de taxer », explique Pierre Pagé de Montréal pour Tous.

Montréal pour Tous cite également l'exemple de la Ville de Québec, où les propriétaires peuvent aller sur le site Internet de la ville et faire des ajustements à leur évaluation. « Toute la question de l'évaluation doit être révisée », insiste Pierre Pagé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine