Parvenu à la mi-temps de son mandat de quatre ans, le maire de Montréal, Denis Coderre, jouit d'un taux de satisfaction de 72 % de ses concitoyens, selon un sondage Léger publié mardi.

Seulement 24 % des répondants au sondage mené pour Le Devoir et Le Journal de Montréal lui accordent une note plutôt défavorable.

Le taux de satisfaction est encore plus élevé chez les francophones (74 %) alors qu'il est inférieur chez les anglophones (63 %). Selon 54 % des répondants, la situation générale s'est améliorée à Montréal depuis l'arrivée de M. Coderre à la mairie, alors que 34 % jugent qu'elle est restée la même. Seulement 6 % d'entre eux estime que la situation de la Ville s'est détériorée.

Le sondage réalisé sur le web auprès de 600 Montréalais révèle également que - si des élections avaient eu lieu il y a quelques jours - l'Équipe Denis Coderre été reportée au pouvoir avec un appui de 57 % des voix. Le parti qui forme l'opposition officielle à l'hôtel de ville, Projet Montréal, n'aurait quant à lui récolté que 13 % des suffrages alors que les autres partis auraient dû se contenter de leurs miettes.

Le maire Coderre doit toutefois prendre note que 51 % des répondants désapprouvent le déversement de 8 milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent pendant que seulement 34 % d'entre eux l'appuient.

Les infrastructures, un mal nécessaire

Depuis la Chine, où il est en mission économique, le maire Coderre a convenu que le problème de la circulation, soulevé dans le sondage, était récurrent à Montréal. Tout en comprenant la frustration des Montréalais, M. Coderre a défendu les nombreux travaux qui perturbent la circulation dans plusieurs rues de la ville. « Il fallait le faire », a-t-il déclaré en entrevue à ICI Radio-Canada Première. « Il y a encore du travail à faire, mais le meilleur est à venir. On aura une belle ville. »

M. Coderre va plus loin en rappelant que le plan d'investissement dans les infrastructures s'échelonnera sur une période de 10 ans.

Questionné sur les coûts plus élevés de la réfection des routes à Montréal, le maire Coderre a souligné que son administration avait choisi de faire partie de l'organisation qui effectue ces évaluations comparatives.

Le maire Coderre a expliqué qu'il tenait ainsi à obtenir des données de références pour mesurer la performance organisationnelle de son administration. Il souhaite ainsi pouvoir améliorer les performances de la Ville en se basant sur des indicateurs fiables et indépendants.

Dans le dossier des eaux usées, il convient qu'il aurait pu mieux en gérer les communications. Il réitère que le déversement est nécessaire, bien que déplorable, afin d'améliorer les infrastructures et la gestion de l'eau de la Ville en général.

Le maire Coderre montre de nouveau le gouvernement de Stephen Harper du doigt pour le retard qu'a pris l'opération. Il déplore que la ministre conservatrice ait décidé de faire de la politique sur le dos des Montréalais dans ce dossier, mais il entend respecter l'arrêté ministériel qu'elle a émis.

Avec des investissements dans les infrastructures, l'amélioration de la gestion de la Ville et le développement économique, M. Coderre entend positionner la Ville de façon à ce qu'elle puisse assumer son rôle de métropole, dont le statut sera officiellement négocié avec le gouvernement du Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine