Retour

Les Québécois brillent, mais les espoirs du CH sont discrets au camp d'Équipe Canada junior

BILLET – Il ne reste plus que cinq joueurs à retrancher pour composer Équipe Canada Junior et, signe qu'il s'agit d'une année exceptionnelle, neuf représentants de la LHJMQ (dont huit Québécois) sont encore dans le coup.

Mardi après-midi à Boisbriand, après avoir vu leurs protégés l’emporter par la marque de 3 à 0 contre une formation d’étoiles du hockey universitaire canadien, l’entraîneur-chef Dominique Ducharme et le directeur général Joël Bouchard ont procédé à une première vague de retranchements.

Quatre malheureux ont ainsi été renvoyés à leur formation junior. Parmi eux, on retrouve le défenseur Victor Mete (London, Ligue de l’Ontario), que le Canadien avait sélectionné au quatrième tour (100e au total) au repêchage de juin dernier.

Mete était le seul défenseur ontarien invité au camp final d’ÉCJ. Son retranchement signifie que pour la première fois de l’histoire, aucun arrière ontarien n’endossera l’uniforme canadien au Championnat mondial junior.

L’espoir du Canadien, qui récolte un point par match dans la OHL, est un arrière de petite taille doté d’excellentes habiletés offensives. Et il a encore très bien joué lors du match de mardi, inscrivant même un but.

Malheureusement pour lui, Victor Mete était en compétition quasi directe avec le défenseur québécois Samuel Girard (Cataractes de Shawinigan), qui possède le même genre de gabarit et qui pratique le même style de jeu.

On voyait mal comment le Canada pouvait envisager de garder deux petits arrières dans la formation pour un tournoi aussi physiquement exigeant que le Championnat mondial junior.

Girard est un joueur étoile de la LHJMQ que Ducharme et Bouchard connaissent fort bien. Mete se trouvait donc dans une position assez difficile (le camp final est très court) pour remporter cette lutte.

***

Cela dit, il reste encore neuf défenseurs au camp. Un dernier match de sélection sera disputé mercredi soir à Boisbriand face à la République tchèque. Et les deux derniers retranchements à cette position seront faits jeudi matin.

Cinq défenseurs de la LHJMQ, dont quatre Québécois, sont encore en lice. Il s’agit d’une année exceptionnelle.

Outre Girard, les autres défenseurs québécois sont Guillaume Brisebois (Islanders de Charlottetown), Thomas Chabot (Sea Dogs de Saint-Jean, Nouveau-Brunswick) et Jérémy Lauzon (Huskies de Rouyn-Noranda). Originaire de Moncton, Philippe Myers porte aussi les couleurs des Huskies.

Les cinq seront difficiles à déloger.

Il sera intéressant de voir si le premier choix du Canadien au repêchage de 2015 (26e au total), Noah Juulsen (Everett, Ligue de l’Ouest), percera la formation canadienne.

Juulsen pratique un style de jeu plutôt effacé. Et il ne s’est pas particulièrement distingué du lot mardi face aux universitaires.

***

Parmi les quatre joueurs retranchés mardi, on retrouvait trois attaquants de la Ligue de l’Ouest: Brett Howden (un espoir de Tampa Bay jouant à Moose Jaw), Nick Merkley (un choix de repêchage des Coyotes de l’Arizona qui porte les couleurs de Kelowna) et Austin Wagner (un espoir des Kings de Los Angeles qui dispute son stage junior à Regina).

De ces trois retranchements, celui de Wagner s’avère le plus surprenant. Cet ailier gauche, qui fait 1,90 m (6 pi 3 po), se dirige vers une saison de plus de 40 buts dans la Ligue de l’Ouest. Son coup de patin vraiment exceptionnel aurait apporté une dimension intéressante à l’équipe canadienne.

Il reste encore 15 attaquants en lice pour les 13 postes disponibles. Encore là, les deux derniers retranchements seront annoncés jeudi matin.

L’attaquant le plus impressionnant lors du match de mardi a été le centre Tyson Jost, qui porte les couleurs de l’Université de North Dakota. Parmi les 31 joueurs invités au camp final d'ÉCJ, seulement deux proviennent des rangs universitaires américains.

Premier choix de l’Avalanche du Colorado (10e au total) en juin dernier, Jost est extrêmement dynamique avec la rondelle et crée de belles occasions à l’attaque. Il devrait être l'une des principales têtes d'affiche du Canada durant le tournoi.

Les trois attaquants québécois qui se battent pour un poste sont Pierre-Luc Dubois (Armada de Blainville-Boisbriand), Julien Gauthier (Foreurs de Val d’Or) et Nicolas Roy (Saguenéens de Chicoutimi).

Alors que le Québec a longtemps été reconnu pour développer de petits joueurs, Dubois, Gauthier et Roy sont les trois plus imposants attaquants présents au camp. Dubois, qui fait 1,90 m (6 pi 3 po) et quelque 96 kg (202 lb), est le plus petit des trois...

***

Les experts du hockey junior majeur canadien soutiennent que le groupe de joueurs mis à la disposition de Dominique Ducharme ne constitue pas une grande cuvée (tout en tenant compte du fait que des exceptionnels comme Connor McDavid jouent dans la LNH).

Il s’agit néanmoins d’une tendance inquiétante.

Depuis 1982, le Canada n’a été écarté du podium que cinq fois au Championnat mondial junior. Or, trois de ces cinq exclusions sont survenues au cours des quatre dernières années.

***

Au bout du compte, les dirigeants d’ÉCJ auront beau se casser la tête pour former le meilleur groupe possible, ce sont les performances des gardiens qui dicteront les destinées du Canada dans le cadre ce mondial, qui sera disputé à Toronto et Montréal.

Depuis 2005, le Canada a remporté la médaille d’or six fois. Et lors de ces six conquêtes, les gardiens canadiens ont présenté cinq fois le meilleur pourcentage d’efficacité du tournoi, et une fois le deuxième.

En 2016, le Canada a été facilement exclu du podium parce que ses gardiens Mason McDonald et Mackenzie Blackwood ont présenté la deuxième pire moyenne d’efficacité chez les 10 pays participants. C’était affreux.

Et lors des cinq autres années où le Canada a été privé de l’or, ses gardiens ont oscillé entre les 4e et 8e rangs en ce qui a trait au pourcentage d’arrêts réalisés.

Il y a encore trois gardiens présents au camp de sélection d’Équipe Canada Junior.

Carter Hart (Everett, Ligue de l’Ouest) et Connor Ingram (Kamloops, Ligue de l’Ouest) semblent bien positionnés pour hériter des deux postes disponibles.

L’espoir du Canadien Michael McNiven (Owen Sound, Ligue de l’Ontario) est celui qui a éprouvé le plus de difficulté jusqu’à présent. Il présente une moyenne d’efficacité de ,850.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine