Retour

Les Québécois tardent à produire leur déclaration de revenus

Les contribuables québécois ne sont pas pressés de faire leurs impôts. À trois semaines de l'échéance, 2,6 millions de déclarations de revenus ont été transmises à Revenu Québec. C'est seulement 40 % des 6,5 millions de déclarations attendues.

L’École des sciences de la gestion (ESG) de l’UQÀM tenait cette fin de semaine sa 33e Clinique d’impôt pour les personnes à faible revenu, moins susceptibles de transmettre leur déclaration à temps.

« On a un mandat de responsabilité sociale. On veut aider la communauté », a expliqué l’un des organisateurs, Xavier Chartrand.

La majorité des bénévoles sont des étudiants en comptabilité de l’ESG et sont soutenus par leurs professeurs, a-t-il ajouté.

Environ 800 personnes étaient attendues samedi et dimanche, en majorité des étudiants et des immigrants. La clinique offre aussi ses services à des sans-abri et des réfugiés.

La voie électronique privilégiée

Environ 90 % des contribuables soumettent leur déclaration de revenus par l’entremise du service ImpôtNet Québec.

Cette façon de procéder accélère le traitement des déclarations, qui se fait en trois semaines ou moins, a expliqué à La Presse canadienne une porte-parole de Revenu Québec, Geneviève Laurier.

Pour les citoyens qui utilisent la poste, le traitement peut prendre jusqu'à six semaines.

Les contribuables ont jusqu'au 30 avril, à minuit, pour transmettre leur déclaration de revenus.

Les retardataires s'exposent à une pénalité de 5 % du solde impayé à la date prévue de production de la déclaration.

Une pénalité de 1 % par mois entier de retard s'ajoute à cette première pénalité, et ce, pour une période maximale de 12 mois.

Avec des informations de Michel Marsolais

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce chat paresseux n'ouvre même pas les yeux pour miauler





Rabais de la semaine