Retour

Les Red Bulls, une autre paire de manches pour l'Impact

Ayant franchi de brillante façon un premier obstacle éliminatoire, l'Impact de Montréal s'attaque à présent à l'immense défi de tenir tête aux Red Bulls de New York.

Un texte de Jean-François Chabot

La série demi-finale de l'Association de l'est s'ouvrira dimanche après-midi avec la présentation du match aller au stade Saputo. Le duel retour aura lieu le dimanche suivant au Red Bull Arena, au New Jersey.

Sachant que la troupe de Mauro Biello n'aura disposé que de moins de 72 heures pour récupérer des efforts déployés à Washington, la question doit être posée: l'Impact peut-il se priver des services de Didier Drogba s'il est disponible ne serait-ce que comme réserviste?

L'attaquant s'est rendu, par ses propres moyens, dans la capitale américaine pour assister à la victoire du onze montréalais. Et il a félicité tous ses coéquipiers, un par un, à leur retour au vestiaire.

Croyez-vous un instant que cela aurait été possible si Drogba était devenu persona non grata auprès de l'organisation?

Tout le monde à son poste?

Biello sait qu'il aura besoin de tous ces soldats pour venir à bout de la bande dirigée par Jesse Marsch, lequel n'aimerait rien de mieux que d'apporter une fin abrupte à son ancienne équipe.

Les Red Bulls (16-9-9) ont terminé au 1er rang dans l'Est avec le meilleur différentiel de buts de la ligue, soit +17 (61 contre 44).

Le club new-yorkais a vaincu l'Impact (11-11-12) dans deux des trois duels de la saison 2016, l'emportant 3-1 le 13 août à Montréal, puis 1-0 le 24 septembre au New Jersey.

En plus de ses vedettes Bradley Wright-Phillips (24 buts) et Sacha Kljestan (6 buts et 20 passes), les Red Bulls comptent aussi dans ses rangs l'excellent gardien Luis Robles, de même que Felipe qui pourrait donner des maux de tête à la défense de son ancienne équipe.

Avec si peu de temps de récupération, les Piatti, Mancosu, Oduro, Ciman, Camara risquent d'avoir fort à faire pour que résonne la cloche derrière le but du stade.

En situation de match aller-retour où les buts inscrits sur le terrain adverse comptent davantage, les relâchements de dernière minute, comme celui qui a permis au D.C. United de marquer deux fois jeudi soir, peuvent coûter très chers.

C'est là où un Drogba, s'il est en mesure d'y aller à fond, pourrait contribuer à tenir l'adversaire en respect.

L'équipe tiendra un léger entraînement vendredi en fin d'après-midi à son centre de la rue Notre-Dame.

Plus d'articles