Retour

Les ressortissants français votent en grand nombre au Canada

Les électeurs français se sont rendus en grand nombre au Collège Stanislas de Montréal, samedi, afin de voter au premier tour de l'élection présidentielle française. Tellement, en fait, que l'attente était interminable et qu'il était même question, entre les branches, de fermer la porte au nez de plusieurs d'entre eux, le bureau de scrutin étant censé fermer à 20 h exactement.

Le bureau de scrutin dans le quartier Outremont était ouvert à compter de 8 h, et, deux heures plus tard, plusieurs centaines de citoyens attendaient de voter. Vers 8 h 30, le temps d’attente était déjà d’au moins deux heures. Ce bureau devait être ouvert jusqu'à 20 h. Mais, l'heure limite passée, de nombreux électeurs attendaient toujours sur place de pouvoir voter.

Des Français criaient au scandale de peut-être devoir rentrer à la maison. Le Consulat général de France a finalement assuré à tous les gens présents qu'ils pourraient voter, peu importe l'heure.

L'organisation du scrutin a cependant été qualifiée de honte par plusieurs. Ils espèrent que le vote au second tour ne sera pas aussi chaotique, ce pour quoi d'autres bureaux de scrutin sont réclamés autour de la métropole.

Les chiffres fournis par l’ambassade française confirment qu'il y a un réel engouement. À Montréal, plus de 57 000 électeurs se sont inscrits pour voter à cette élection. Ils n'étaient que 44 000 en 2012.

L’augmentation du nombre d’électeurs français peut aussi être observée à l'échelle du Canada, le nombre d’inscrits étant passé au total de 65 000 en 2012 à plus de 82 000 cette année. Cela s'explique notamment par l'augmentation du nombre de Français au Canada, mais aussi parce que plus d'électeurs veulent se prévaloir de leur droit de vote, selon le conseiller de presse de l'ambassade de France au Canada, Eric Navel.

Selon plusieurs électeurs interrogés, si l'intérêt pour le vote est plus soutenu cette année, c'est notamment pour bloquer la voie aux candidats « extrémistes », en l'occurrence la candidate de l’extrême droite Marine Le Pen et celui de l’extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon.

« Cette élection, elle est quand même très importante, parce qu'on a vu aux États-Unis la montée de l'extrême droite. On voit aussi quand même ça en France, avec la montée très forte de Marine Le Pen. On ne veut pas la voir passer, et c'est pour ça que c'est davantage important de voter », explique Anna Bieber, une jeune électrice à l'aube de la vingtaine.

« Pour moi, c'est impensable d'avoir Mme Le Pen ou M. Mélenchon au pouvoir. C'est simple, si Marine Le Pen est élue, je demande ma résidence permanente », poursuit de son côté Florian Castarede.

Dans l’Hexagone, le vote se tient dimanche. Les Français installés à Montréal pourront aller regarder la soirée électorale à compter de midi à l'Union française de Montréal, située sur l'avenue Viger.

Des bureaux de vote un peu partout au pays

Bien que Montréal soit la ville qui accueille le plus de ressortissants français, des bureaux de vote sont mis à la disposition des électeurs dans plusieurs autres grandes villes du pays.

À Québec, les gens pouvaient se rendre eux aussi au Collège Stanislas pour exercer leur droit de vote.

En Ontario, les Français de la région d'Ottawa-Gatineau pouvaient voter à l'ambassade de France au Canada, située sur la promenade Sussex à Ottawa. Des bureaux de vote avaient aussi été aménagés au consulat général de France à Toronto, où le vote semblait aussi populaire qu’à Montréal. À un certain moment, le temps d’attente y dépassait les trois heures.

Au Nouveau-Brunswick, les Français étaient conviés au consulat général de France à Moncton. Certains ont renoncé à voter parce qu'ils devaient se déplacer vers le seul bureau de vote de l'Atlantique.

Dans l’Ouest, les gens pouvaient voter à Edmonton, Calgary, Vancouver et Victoria.

Les résultats devaient ensuite être envoyés à Paris, au ministère des Affaires étrangères, qui est responsable de recueillir l'ensemble des résultats des votes qui se sont déroulés sur le continent américain.

Les électeurs français vivant au Canada pourront par ailleurs voter pour le second tour de l’élection présidentielle le samedi 6 mai.

Alerte à la bombe à New York

Le consulat de France à New York, où se déroulait également le premier tour du scrutin présidentiel, a été brièvement évacuée en après-midi à la suite d'une alerte à la bombe.

Les policiers ont décidé de procéder à l'évacuation après avoir repéré une voiture suspecte.

Les dizaines de personnes qui se trouvaient à l'intérieur ont pu revenir voter, quelque 50 minutes plus tard.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine