Retour

Les sinistrés de Rigaud se préparent à l'arrivée de l'hiver et du froid

L'hiver approche et Rigaud s'inquiète du sort de ses sinistrés. Beaucoup d'entre eux n'ont toujours pas regagné leur résidence. Ils vivent à l'hôtel, chez des proches ou des amis. D'autres habitent dans leur maison en rénovation. Pour s'assurer qu'ils sont au chaud et en sécurité, la Ville vient de lancer une campagne de sensibilisation.

Christophe Bseilis attend. Voilà six mois qu'il vit dans une chambre d'hôtel. Touché par les inondations qui ont endommagé plusieurs résidences de Rigaud, à l'ouest de Montréal, il souhaite conserver sa résidence, dont le sous-sol a été inondé.

Au gouvernement du Québec, toutefois, on voit la chose d'un autre oeil. On estime en effet que la maison de M. Bseilis doit être rasée, un avis que conteste le principal intéressé.

À la Ville de Rigaud, on souhaite prendre les choses en main alors que l'hiver approche peu à peu.

Selon la directrice des communications à la Ville, Marie-Andrée Gagnon, l'administration n'a pas encore reçu d'informations à propos d'une centaine de résidences situées sur le territoire municipal.

« Avec la venue de l'hiver, on espère que ces gens-là ne sont pas dans le besoin. Sinon, nous voulons essayer de nous préparer pour les aider », dit-elle.

Équilibre

De son côté, Laurent Brache, un citoyen de Rigaud, se dit satisfait de voir que les services d'urgence « se réveillent et tentent [d'agir], au cas où il se passerait quelque chose cet hiver ».

Les efforts des pompiers, qui cherchent à s'assurer que tous les résidents sont au chaud, s'ajoutent aux démarches de l'Armée du Salut, qui planche sur la recherche de logements temporaires pour ceux qui ont été délogés par les crues du printemps dernier.

« Les gens veulent un semblant d'équilibre, un semblant de retour à une vie normale. Donc, c'est pour ça qu'on est venus avec l'idée d'essayer de leur trouver des logements à la place. Pour qu'ils aient une cuisine, un salon », mentionne Mme Gagnon.

Les recherches ont d'ailleurs porté fruit : « Je vous dirais qu'on a trouvé une quinzaine de logements dans Rigaud même. Maintenant, on va devoir élargir nos recherches dans la MRC de Vaudreuil-Soulanges afin de pouvoir combler les besoins », explique Brigitte Saint-Germain, directrice par intérim des relations publiques et du développement, division Québec de l'Armée du Salut.

Tout cela est bien beau, mais Christophe Bseilis n'est malgré tout pas très chaud à l'idée de quitter sa chambre d'hôtel. Du moins, pas pour l'instant.

« Je n'ai pas envie de regretter », mentionne-t-il, avant d'ajouter qu'« il ne voulait pas prendre une décision trop rapidement ».

M. Bseilis garde espoir de pouvoir reconstruire sa maison... qui se trouve en zone inondable.

D'après le reportage de Marie-Ève Cousineau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine