Retour

Les trois stations de métro de Laval ont 10 ans

En avril 2007, la Société de transport de Montréal (STM) inaugurait les trois stations de métro, alors fraîchement construites, en sol lavallois. Bon an, mal an, elles comptent pour près de 10 millions de déplacements, ce qui a dépassé les prévisions.

Un reportage de Francis Labbé

« Dès les premiers moments, nos prévisions ont été dépassées », raconte Luc Tremblay, directeur général de la STM. « Seulement pour les trois stations, c'est plus de 9 millions par année de déplacements. C'est plus de 80 millions de déplacements qui ont été faits au cours des 10 dernières années. »

Michel Boland, de Laval, utilise fréquemment le métro. Il l'emprunte avec son vélo, à la station Montmorency, pour se rendre à Montréal. « Je suis à la retraite, alors j'ai beaucoup de temps. J'aime Montréal pour les cafés, les sorties et les restos. Par contre, pour les commodités et l'espace, Laval, c'est extraordinaire et le métro me permet d'avoir le meilleur des deux mondes. »

Engorgement

Cet engouement pour le métro de Laval a ses irritants. Aux heures de pointe, il y a surcharge entre les stations Henri-Bourassa et Mont-Royal, sur la ligne orange. Le directeur général de la STM mise sur les nouveaux trains Azur pour remédier à la situation.

« Les nouvelles voitures Azur, qui seront déployées jusqu'au 30 septembre 2018, offrent 8 % de plus de capacité que les anciennes. Aussi, nous allons ajouter 14 trains supplémentaires », ajoute Luc Tremblay.

Impacts économiques importants

« C'est majeur », commente le maire de Laval, Marc Demers. « C'est majeur sur le plan économique et sur la qualité de vie des citoyens. L'une de ces stations définit maintenant notre centre-ville. »

Autour de la station Montmorency, des investissements privés de plus d'un millard de dollars ont été annoncés. On y retrouvera la Place Bell, plus de 1100 unités de logements, des commerces et un complexe commercial comprenant notamment des espaces à bureaux et un hôtel.

« Il y aura à proximité la Place Bell, l'Université de Montréal, le plus important cégep au Québec, un pôle de l'industrie pharmaceutique formidable, des maisons de diffusion artistique de renommée, comme la Salle André-Mathieu et la Maison des arts. C'est un centre-ville qui aura beaucoup d'activités. »

« Nous sommes en train de dessiner un environnement tout nouveau pour l'entrée du pont Viau, soit la station de métro Cartier », ajoute Marc Demers. « Nous avons aussi entrepris d'exproprier et d'acquérir tout un secteur, autour du métro De la Concorde, qui sera désormais commercial et résidentiel. »

Laval, un visage qui change

« Le métro aura eu un impact certain pour enfin permettre à Laval de trouver son centre-ville », lance le professeur à la Faculté d'aménagement de l'Université de Montréal.

« Il y avait, à cet endroit, beaucoup d'espaces disponibles de ce côté-là. À ce point de vue-là, l'ex-maire Gilles Vaillancourt a été un fin stratège. Personne ne souhaitait que l'on prolonge la ligne orange, parce qu'elle était déjà à saturation dans le corridor Henri-Bourassa. »

« En entrant le métro de ce côté, ça allait amener la question du bouclage de la ligne orange très rapidement », ajoute Gérard Beaudet, qui dit s'attendre à ce que la pression augmente afin de boucler la ligne orange.

Dans son dernier budget, le gouvernement du Québec a toutefois prévu des fonds pour prolonger la ligne bleue vers l'est de Montréal, dont la mise en service est prévue en 2025. Le maire de Laval, quant à lui, propose à Québec de prolonger la ligne orange au nord de la station Côte-Vertu, dans le quartier Chomedey, question d'offrir deux accès au métro aux utilisateurs de Laval et de la Rive-Nord.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine