Retour

Les vendeurs de Molson acceptent à l’arraché les offres patronales

Les travailleurs et travailleuses en vente de Molson au Québec, affiliés au syndicat des Teamsters, ont accepté par une faible marge un nouveau contrat de travail d'une durée de 4 ans.

Réunis en assemblée syndicale cette fin de semaine à Montréal et Québec, ils ont voté à 53 % en faveur de l’offre finale de Molson. Le 16 décembre dernier, ils avaient rejeté à l’unanimité la première proposition de l’entreprise en plus de se doter d’un mandat de grève à 98,5 %.

La grève est donc évitée, tout comme ce fut le cas pour les travailleurs de l’usine de Montréal, qui se sont aussi entendus sur un nouveau contrat de travail le 11 mars dernier.

Les principaux enjeux à la table de négociation pour les 175 marchandiseurs, représentants commerciaux et travailleurs en télévente concernaient la rémunération variable et les horaires de travail.

Cependant, la confiance ne règne pas entre les travailleurs et la direction de la brasserie, selon les dires du syndicat. La rémunération variable et certaines conditions de travail provoqueraient de la méfiance chez certains salariés.

Le syndicat prévient déjà que la « paix industrielle » pourrait être perturbée au cours du contrat de travail de 4 ans.

Rappelons aussi que Molson compte déménager son usine de la rue Notre-Dame, à Montréal, pour s'installer sur la Rive-Sud, près de l'aéroport de Saint-Hubert.

Plus d'articles