Retour

Les violences viennent de l'intérieur des communautés autochtones, dit une ex-chef

Adrienne Anichinapeo affirme avoir été victime d'intimidation et de violences psychologiques quand elle était chef de la communauté algonquine de Kitcisakik, au sud de Val-d'Or. Des agressions qu'elle n'aurait jamais subies si elle avait été un homme, estime-t-elle.

Un texte de Laurence Niosi

Injures, menaces, dénigrement... Au quatrième jour des audiences à Montréal de l'Enquête nationale sur les filles et les femmes autochtones disparues et assassinées (ENFFADA), celle qui a été chef pendant huit ans a détaillé les traitements qu'elle dit avoir subis au mains d'autres membres de la communauté et du conseil de bande.

Elle a raconté notamment s'être fait suivre par une automobiliste, qui l'a injuriée et est sortie de sa voiture pour frapper la sienne.

Ces violences lui auraient même donné des idées suicidaires.

Ce genre de traitements, dit-elle, ne sont réservés qu'aux femmes au pouvoir. « Les hommes eux, sont respectés », a indiqué Mme Anichinapeo, qui a plaidé pour plus de solidarité entre femmes dans cette toute petite communauté d'Abitibi-Témiscamingue sans eau courante ni électricité.

« Quand j'étais chef, j'étais en minorité à la table. [Les femmes] se sentaient toutes petites », a-t-elle affirmé, ajoutant que sa soeur Catherine, qui siège au conseil actuel, vit également ce genre de harcèlement.

Défaite par le nouveau chef Régis Penosway en août dernier, Adrienne Anichinapeo affirme être sans emploi depuis les élections. Personne dans sa communauté ne veut l'embaucher, alors qu'elle possède toutes les qualifications pour travailler.

Mme Anichinapeo a en outre rappelé les dénonciations de violence familiale, physique et sexuelle qui ont eu lieu à Kitcisakik durant les années 1990, au moment où sa soeur Catherine était chef. Cette dernière avait tenté de trouver des solutions à ce fléau, chose qui avait été très mal reçue par des membres de la communauté.

Une première

Selon elle, la violence au sein des communautés autochtones vient principalement de l'intérieur, des citoyens même. « La violence est infligée entre nous autres. Les abus qui proviennent de l'extérieur sont minimes », a-t-elle souligné.

Mme Anichinapeo est la première témoin de l'Enquête nationale à parler ainsi des violences dans les communautés, a indiqué la commissaire Michèle Audette à Radio-Canada en marge des audiences.

« C'était très clair qu'on ne parle pas des institutions provinciales, fédérales ou des municipalités [...] ou des effets intergénérationnels [des pensionnats]. Elle dit : [la violence] est actuelle, elle est présente, elle est là. Et c'est nous qui la faisons au quotidien. »

Mort suspecte de cinq Atikamekw

En après-midi, la famille de cinq jeunes Atikamekw, morts dans un accident de voiture, a témoigné sur cette affaire qui ébranle toujours la communauté de Manawan, plus de 40 ans après les faits.

En juin 1977, cinq Autochtones, accompagnés de deux non-Autochtones, ont péri dans ce qui a été classé comme un accident de la route par les policiers. Leur véhicule s'est retrouvé dans la rivière du Milieu, au nord de Saint-Michel-des-Saints. Les deux non-Autochtones, dont le conducteur, s'en sont sortis indemnes.

La famille ne croit pas à la thèse de l'accident ou à la mort par noyade, comme a conclu le coroner à l'époque. « Ceux qui étaient assis dans l'auto avaient reçu des coups de couteau dans le dos. Ce n'était pas un accident, ils ont été assassinés », a indiqué Daniel Petiquay, dont la soeur a péri dans la voiture.

Les proches des cinq jeunes affirment en outre ne pas avoir été alertés par les autorités de leur mort.

En mars 2016, la Sûreté du Québec a repris l'enquête à la suite de la diffusion d'un reportage de Radio-Canada. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a finalement décidé de ne pas porter d'accusations contre le conducteur de la fourgonnette.

Les audiences publiques se poursuivent jusqu'à vendredi à l'hôtel Bonaventure, au centre-ville de Montréal.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »