Retour

Litige entre Anjou et la Ville sur des nominations au sein d'une société paramunicipale

Le maire de l'arrondissement d'Anjou, Luis Miranda, prévoit porter devant les tribunaux un litige avec la Ville de Montréal au sujet de la Corporation Anjou 80, une société paramunicipale qui gère plus de 500 logements dans l'arrondissement.

Un texte de Benoît Chapdelaine

Anjou a demandé en octobre dernier à la Ville de Montréal de reconduire les mandats de six membres du conseil d'administration de Corporation 80, ce qui est généralement une formalité. Or, l'administration Coderre n'a reconduit cette semaine que le mandat de la conseillère municipale Andrée Hénault, du parti du maire Miranda, et a nommé cinq nouveaux membres bénévoles.

Le maire Miranda reproche à l'administration Coderre de retirer de plus en plus de pouvoirs aux arrondissements, comme elle l'a fait récemment en matière de déneigement. Il y voit aussi l'influence de Michelle Zammit, la seule élue de l'opposition dans son arrondissement. Mme Zammit a quitté le parti Équipe Miranda pour siéger avec Équipe Coderre l'été dernier.

« C'est purement de la politique, dit-il, on s'en va au tribunal parce qu'il y a des choses qui ont été faites. Sur plusieurs dossiers c'est du harcèlement, de l'acharnement, carrément, de la part de la Ville-centre envers Anjou. »

Cette affaire a donné lieu à de vifs débats lundi et mardi au conseil municipal. Le président du comité exécutif Pierre Desrochers a expliqué qu'un changement était nécessaire au conseil d'administration:

« C'est des personnes qui étaient là de longue date, il était temps de revoir cela, dit-il. S'il y a une mouche sur le mur, après trop longtemps la mouche ou la tache sur le mur, on ne la voit plus. Il est temps de faire un peu de mouvement et ce n'est pas contre les gens qui étaient là, c'est pour amener une nouvelle façon de voir des choses, voir s'il y des choses à améliorer. »

Luis Miranda a reconnu au conseil municipal que l'un des membres sortants du conseil d'administration de Corporation Anjou 80 était l'agent officiel de son propre parti politique, Équipe Anjou.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »