Retour

Lock-out au centre de distribution de Brault & Martineau

La compagnie mère des détaillants Brault & Martineau et Ameublements Tanguay (BMAT) a décrété un lock-out dimanche soir à son centre de distribution de Montréal.

Les employés qui sont arrivés pour leur quart de travail à 19 h ont été immédiatement avertis de la décision.

Les employés sont membres du syndicat Unifor. Leur convention collective est échue depuis le 31 décembre 2015. Le régime de retraite des futurs employés serait au coeur du litige, selon la direction, qui ajoute que les magasins de la compagnie ne seront pas touchés.

« L'employeur veut implanter un régime de retraite à cotisations déterminées pour les futures embauches, explique le représentant du syndicat Unifor, Olivier Carrière. Il veut donc implanter des conditions de travail au rabais pour les futures embauches et les travailleurs actuels ne veulent pas porter l'odieux d'être ceux qui auront accepté d'imposer des conditions de travail moindres pour leurs futurs collègues. »

Pas question que les employés acceptent des « conditions de travail à rabais » pour les futurs employés de l'entrepôt de Brault & Martineau, ajoute M. Carrière.

Dans un communiqué, la compagnie affirme qu'elle a proposé aux employés actuels de maintenir le régime de retraite à prestations déterminées, mais que les nouveaux employés embauchés bénéficient plutôt d'un régime de retraite à cotisations déterminées.

« En même temps, on voit là un geste d'intimidation », poursuit M. Carrière, en précisant que deux magasins Brault & Martineau, ceux de Laval et de Repentigny, ont déposé des requêtes en accréditation syndicale. « On voit là un message que Brault & Martineau veut lancer à cette vague de recrutement », conclut-il.

Le syndicat dit ne pas avoir été avisé du lock-out. L'exécutif syndical se réunira en urgence dès 10 h lundi matin. « On a mis les gens qui étaient déjà sur les lieux de travail à la porte, a déclaré M. Carrière en entrevue à ICI RDI. Plus tôt, en après-midi, ils ont demandé un départ volontaire [des travailleurs] mentionnant qu'il y avait une baisse du volume de travail. Les gens qui voulaient quitter étaient invités à le faire. Par la suite, ceux qui restaient ont été convoqués en réunion pour se faire annoncer qu'ils étaient en lock-out. »

Les employés qui rentraient au travail par la suite n'ont pas pu le faire.

BMAT a rapporté des profits de plus de 40 millions de dollars l'an dernier.

Plus d'articles