Retour

Loi anti-pitbull : une centaine de chiens transférés à l’extérieur du Québec

Depuis l'instauration de la nouvelle loi anti-pitbull, la SPCA Montréal a transféré 134 chiens du Québec vers d'autres provinces canadiennes. Et même aux États-Unis.

Un texte de Laurence Niosi

Alors que le déplacement était autrefois limité aux animaux exotiques ou aux animaux de ferme, depuis le 1er octobre, le transfert de chiens à l’extérieur de la province est devenu une pratique courante chez l'organisme montréalais.

Les chiens sont accueillis dans des refuges partenaires en Nouvelle-Écosse, en Alberta et au Vermont, qui se chargent ensuite de leur trouver une famille d'adoption.

« C’est une réaction à la nouvelle législation », explique Marie-Noël Gingras, qui travaille au service de la défense des animaux de la SPCA Montréal.

En effet, depuis l'entrée en vigueur du nouveau règlement l’automne dernier, tout chien de 10 kilos et plus - peu importe la race - ne peut être adopté à la SPCA Montréal par les résidents de l’île. Certains animaux sont transférés à l’extérieur du Québec.

« On ne classifie pas les chiens en fonction de leur race, mais de leur poids », ajoute Mme Gingras.

Rappelons que les pitbulls ne sont pas une race en soi. Le terme englobe plutôt trois races différentes : le pitbull terrier américain, le terrier américain du Staffordshire et le bull terrier du Staffordshire.

La SPCA dénonce depuis l’année dernière la nouvelle loi qui vise les races énumérées ci-dessus, de même que les chiens ayant les mêmes caractéristiques morphologiques.

Sur les 134 chiens transférés par la SPCA Montréal, 22 étaient de type pitbull, mais « certains des autres pourraient avoir des caractéristiques morphologiques » du pitbull , souligne Marie-Noël Gingras.

Du Québec au Vermont

Deux pitbulls de la SPCA ont trouvé refuge à la Humane Society of Chittenden County, dans l’État du Vermont, aux États-Unis. Trinity et Big Daddy, qui pèsent une quarantaine de kilos chacun, sont prêts à être adoptés.

Le refuge vermontois n’a pas hésité à devenir partenaire de la SPCA Montréal dans la foulée de l’adoption du nouveau règlement. Une loi que Devon Krusko, directrice de la Humane Society, qualifie de « décourageante ».

En pleine période de déménagement, la SPCA Montréal s’attend à accueillir plusieurs chiens interdits sous la nouvelle réglementation. L’organisation reçoit 600 animaux par mois, mais ce nombre pourrait tripler en période estivale.

Avant la nouvelle loi, la SPCA Montréal accueillait elle-même de 50 à 70 pitbulls par année en provenance de l'Ontario, qui est devenue en 2005 la première province canadienne à interdire ces chiens sur son territoire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine