La course à la mairie de Longueuil oppose trois candidates qui tentent de succéder à la mairesse Caroline St-Hilaire, qui ne se représente pas. Chacune propose une vision d'avenir susceptible d'amener la 5e ville en importance du Québec ailleurs...

Un texte de René Saint-Louis

« On continue! » C'est le slogan du parti Action Longueuil, qui tente d'obtenir un troisième mandat consécutif.

Le parti est maintenant dirigé par Sylvie Parent, qui a succédé à Caroline Saint-Hilaire en avril dernier. Elle avait obtenu 53 % des votes des membres du parti.

Psychoéducatrice de formation, ex-bras droit de Mme Saint-Hilaire, elle est conseillère municipale depuis 2009.

Sylvie Parent souhaite mener à terme les grands chantiers qui doivent revitaliser Longueuil et en faire une ville d'avenir. Ces projets incluent un nouveau centre-ville autour de la station de métro Longueuil–Université de Sherbrooke, un nouveau quartier résidentiel de 7500 logements appelé le pôle Roland-Therrien et le développement de la zone aéroportuaire dans l'arrondissement de Saint-Hubert.

Elle dit être la seule des trois candidates à posséder l'expérience des grands dossiers.

Action Longueuil s'engage aussi à plafonner à 1 % par année la hausse du compte de taxes, à limiter à 30 km/h la vitesse dans les secteurs résidentiels et à créer des comités de vie de quartier qui pourront bénéficier d'un budget participatif d'un million de dollars par année.

Longueuil citoyen

Longueuil citoyen est un nouveau parti dirigé par Josée Latendresse, qui se définit comme une femme d'affaires aux valeurs sociales très développées.

Elle a été élue lors d'une élection partielle en 2016, sous la bannière d'Action Longueuil. Dès son entrée en politique active, son objectif était de diriger le parti qu'elle a plutôt choisi de quitter après être arrivée deuxième, avec 47 % des votes, dans la course à la direction.

Lors de son départ, la majorité des conseillers municipaux d'Action Longueuil l'ont suivie, plutôt que de se rallier à Sylvie Parent.

« Ensemble, visons plus haut! » est le slogan de sa campagne, au cours de laquelle elle compte mettre l’accent sur le Longueuil de demain.

Elle s’engage, entre autres, à développer des centres-quartiers, un concept, dit-elle, qui s'éloigne du centre-ville traditionnel à l'américaine.

Dans un premier mandat, Longueuil citoyen développerait trois centres-quartiers, soit sur la rue Saint-Charles, dans le Vieux-Longueuil, un autre, dans le quartier patrimonial du Vieux Saint-Hubert et un dernier, dans l'arrondissement de Greenfield Park.

Josée Latendresse souhaite aussi que Longueuil soit un modèle en matière de développement durable, en réduisant de 20 % l'empreinte carbone de la ville.

Elle souhaite développer le concept de budgets participatifs, afin de développer une culture de la démocratie participative dans la ville.

Enfin, pour mettre un terme aux querelles au sein de l'agglomération, qui regroupe les villes de Longueuil, Boucherville, Brossard, Saint-Lambert et Saint-Bruno-de-Montarville, elle souhaite mettre sur pied une commission sur la gouvernance et l'éthique, dirigée par un expert externe qui pourrait accompagner les villes.

Option Longueuil

La troisième candidate à la mairie est l'ex-députée fédérale Sadia Groguhé.

Option Longueuil était l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville, même si le parti n'avait qu'un seul élu, soit son chef Robert Myles. Ce dernier se représente comme conseiller municipal, mais il a confié la direction du parti à Mme Groguhé.

Depuis sa défaite électorale en 2015, l'ex-députée néo-démocrate a repris son travail de conseillère en orientation, qu'elle s'apprête à suspendre pour faire campagne à temps plein. Notons qu’elle a déjà été conseillère municipale dans sa ville natale d'Istres, en France.

Sadia Groguhé fait campagne sur une administration de proximité. Cela passe par la création d’un Office de consultation publique, la mise en place d’un portail numérique citoyen et le renforcement du service 311.

Et la proximité, tient-elle à préciser, cela passe aussi par le respect des particularités des arrondissements et de la diversité de la population.

Ce respect se reflète dans le choix des candidats d'Option Longueuil, dont plusieurs, y compris la chef, sont issus de l'immigration.

Sadia Groguhé estime que c'est sur la scène municipale que peut s'incarner le vivre-ensemble dont les Québécois entendent parler depuis des années.

L'autre, précise-t-elle, c'est le voisin qui vient d'Afrique, de Roumanie, etc.

Option Longueuil s'engage donc à créer un bureau d'intégration des nouveaux arrivants. Une journée du vivre-ensemble serait aussi créée sur le modèle de la Fête de la musique, en France.

Le thème du budget participatif revient aussi dans la plateforme électorale du parti, tout comme dans celle de ses deux adversaires.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine