Retour

Lorde et Justice règnent sur le 11e festival Osheaga

Après des débuts interrompus par des pluies torrentielles et des orages en début d'après-midi, le 11e festival Osheaga s'est poursuivi normalement, bien que la pluie se soit remise de la partie par moments.

Un texte de Ronald Georges

Mais la pluie n'a pas découragé les festivaliers qui ont rempli le circuit Gilles-Villeneuve de l'île Notre-Dame en grand nombre. Espérons que Dame nature épargnera les corps et les esprits samedi et dimanche.

Le brio de Lorde

Portant une robe blanche, des souliers de course et des chaussettes blanches, mais tenant un parapluie noir, c’est ainsi que Lorde est apparue sur scène, en tête d’affiche du 11e festival Osheaga.

La pluie avait cessé miraculeusement avant l’entrée sur scène de la Néo-Zélandaise de 20 ans, qui est jeune, mais démontre une maturité artistique hors du commun depuis ses débuts en 2013, notamment grâce au succès Royals.

Lorde avait d’ailleurs réussi à s'assurer une place parmi les têtes d'affiche d'Osheaga en 2014, ce qu’elle n’a pas manqué de souligner vendredi soir : « Je ne l’oublierai jamais. »

Des danseurs et Royals sous la pluie

Même si sa prestation habitée et dynamique lui permet de bien occuper la scène, jusqu’à cinq danseurs ont parfois rejoint Lorde afin de mieux « jouer » les pièces.

Et sur Dynamite, Lorde a invité la chanteuse Tove Lo, une de ses « préférées ».

Et c’est sous la pluie (oui, encore!) que Lorde a interprété Royals et d’autres pièces de ses deux albums, Pure Heroine et Melodrama.

La discothèque en pleine île de Justice

La house, l’électro et le R’n’B de Xavier de Rosnay et Gaspard Augé, ou Justice, a réellement mis le feu à la scène de la montagne, même si la pluie s’est mise de la partie durant la première chanson du duo.

Avec un son et des basses qui rentrent directement dans le plexus, Justice a réellement fait danser ses admirateurs, présents en grand nombre.

MGMT

Après les succès passés (Time To Pretend, Electric Feel et Kids, parus en 2008 sur Oracular Spectacular), je me demande si MGTM retrouvera sa forme des jours d’antan un jour.

Car les nouvelles pièces que Ben Goldwasser, Andrew VanWyngarden et leurs musiciens ont interprétées manquent de punch, d’âme, d’aplomb, voire de finition dans un cas.

Il faudra surveiller Little Dark Age, le quatrième album du groupe américain, pour s’en faire une idée plus juste.

L'enthousiasme et la forte réaction des spectateurs pour Kids et Electric Feel pendant le concert de MGMT en sont la preuve ultime.

Tove Lo

Ce fut une prestation électrique de la Suédoise Tove Lo, qui s’est fait connaître il y a quelques années avec Talking Body et Habits (Stay High), qu’elle a chantées, au grand plaisir de la foule.

Présence scénique assumée, charisme, Tove Lo avait tout ce qu’il fallait pour faire chanter et danser la foule. Les jeunes se sont bien éclatés sur cette pop bien livrée.

La soul de Sampha

Sampha, 28 ans, était à Osheaga pour présenter les pièces de Process, son premier disque primé par la critique et en lice pour le prix Mercury.

En réalité, le Britannique n’est pas un bleu dans l’industrie de la musique, ses collaborations prestigieuses en font foi : Drake, Solange, Kanye West, Frank Ocean, etc.

Sur scène, Sampha, qui chante devant deux claviers, s’accompagne de trois musiciens, soit un batteur, un percussionniste et un claviériste. Grâce à sa voix chaude, (il était en forme et visiblement heureux d’être sur scène), Sampha nous a livré une soul numérique moderne et actuelle aux accents de trames sonores de films de science-fiction.

Pour certains festivaliers, Osheaga avait commencé devant la Scène des arbres à 13 h 15 avec le groupe Vulvets. Le surf rock mélodique et parfois mélancolique de ces Montréalaises qui n’ont pas encore lancé de disque manque encore de constance et d’aplomb, mais le talent est bel et bien présent.

La météo perturbe le festival

De fortes pluies et des orages vers 13 h ont forcé la suspension des concerts. Vers 15 h 20, soit 50 minutes plus tard, la pluie avait cessé et le soleil était reparu, bien que le tonnerre ait continué de gronder sporadiquement.

Outre la météo peu clémente, la première des trois journées du festival a été marquée par plusieurs annulations d'artistes. Ainsi, De La Soul et Noname ont renoncé à leur concert de vendredi, en raison de « problèmes de transport imprévus », selon le producteur evenko. Un peu plus tôt, les organisateurs avaient annoncé l'absence de Solange, attendue samedi.

Rappelons que cette année et l’an prochain, Osheaga est contraint de quitter l’île Sainte-Hélène pour s’installer au circuit Gilles-Villeneuve de l’île Notre-Dame.

Plus d'articles

Commentaires