Retour

Lucian Bute dit que cette fois, ce sera différent

Lucian Bute n'est pas dupe. Il sait bien que les amateurs doutent en le voyant s'engager chez les mi-lourds. Mais en relevant ce défi, il veut prouver qu'il n'est pas un boxeur fini.

Un texte de Jean-François Chabot

Bute lui-même n’a pas oublié la correction que lui avait fait subir Jean Pascal dans son unique autre escapade chez les 175 lb il y a un peu plus de trois ans (18 janvier 2014).

« J’étais bien préparé physiquement, mais c’est dans la tête que ça n’allait pas. C’était dans la foulée de ma défaite contre Carl Froch. Je ne m’en étais pas encore remis psychologiquement », admet d’emblée l’ancien champion IBF des supers mi-moyens.

Quand on lui rapporte les propos d’Eleider Alvarez qui a promis jeudi de mettre un terme à sa carrière, Bute sourit et reste poli.

« Alvarez est un jeune homme diplomate et sérieux. Il a de l’ambition, c’est normal. Je salue son courage de mettre son statut d’aspirant no 1 et sa fiche parfaite (21-0, 10 K.-O) en jeu », a lancé Bute.

« Mais ce n’est pas lui qui décidera pour moi que le moment est venu d’arrêter. Je vous promets que le combat du 24 février à Québec ne sera pas mon dernier. »

En grande forme

La confiance ça se bâtit et ça s’entretient. Bute, qui aura 37 ans le 28 février, croit qu’il a encore beaucoup de bonne boxe en lui.

En plus d’une préparation qu’il décrit comme optimale, Bute rappelle que ces deux derniers combats étaient des duels face à deux des meilleurs combattants des supers mi-moyens en la personne du Britannique James DeGale et de l’Américain Badou Jack.

Bute (32-3-1, 25 K.-O.) estime que l’expérience et sa vitesse parleront pour lui.

« J’ai livré 13 combats de championnats du monde (fiche de 10-2-1) a tenu à rappeler Bute. « Je sais ce que c’est que la pression. Pour ce qui est de la différence de poids, je crois que ma vitesse constituera un avantage », a indiqué Bute.

Il faut s’attendre à ce qu’Alvarez, un mi-lourd naturel, grimpe dans le ring du Centre Vidéotron à plus de 185 livres. Il sera intéressant de voir comment Bute va gérer sa surcharge de poids.

Une chose est certaine, Bute est convaincu qu’il ne s’en va pas livrer le fameux combat de trop. La perspective de livrer un combat de championnat mondial contre Adonis Stevenson est une grande source de motivation.

Alvarez est déjà établi à presque 2 contre 1 par les parieurs. Bute n’a peut-être plus beaucoup de cartes en mains. On comprend alors pourquoi il a envie de miser son va-tout.

Parmi les autres combats prévus sur l'affiche du 24 février, on notera le duel entre Francis Lafrenière (14-5-2, 8 K.-O.), champion poids moyens IBF International, et le Floridien Marcus Willis (17-4-2, 4 K.-O.). Le titre vacant NABO sera également à l'enjeu.

On se rappelera que Lafrenière avait livré un furieux combat face à Renan St-Juste. L'affrontement avait soulevé la foule du Centre Bell. Lafrenière espère en faire autant pour le public du Centre Vidéotron.

Plus d'articles