Retour

Lucian Bute et Angel Heredia unis contre le pharmacien

Lucian Bute et le promoteur Yvon Michel expliquent pourquoi le boxeur montréalais maintient sa collaboration avec le préparateur physique Angel Heredia.

Un texte de Jean-François Chabot

Bute s’est empressé de souligner que sa collaboration avec Heredia n’avait jamais cessé en dépit du test antidopage positif à l’ostarine à la suite de son duel contre Badou Jack, le 30 avril 2016, à Washington.

« Contrairement à ce que certains messages diffusés sur les médias sociaux affirmaient depuis la semaine dernière, Angel Heredia n’est pas de retour. Il n’a jamais quitté. Il travaille pour moi depuis deux ans. Nous amorçons un quatrième camp d’entraînement ensemble et je suis très satisfait », a d’abord lancé Bute.

Poursuite engagée

Bute a souligné que la preuve avait été faite qu’il s’agissait bel et bien d’une contamination survenue dans le laboratoire qui lui a fourni le supplément prescrit par Heredia. Le boxeur s’est ensuite tourné vers Yvon Michel, et ce dernier a indiqué qu’une poursuite au civil avait été intentée contre la firme PharmaGenics Limited qui a concocté le produit incriminant.

Sans préciser la valeur de la poursuite, Michel a déclaré que la cause déposée entre les mains d’avocats se chiffrait en millions de dollars pour les dommages causés à la carrière et à la réputation de Bute.

Pour sa part, Heredia a réfuté les accusations voulant qu’il soit responsable des effets de ce que Bute a avalé avant son combat contre Badou Jack.

« Aucune des composantes du supplément que j’ai fait préparer par le laboratoire ne figure sur la liste des produits interdits de l’Agence mondiale antidopage. Il s’agit donc clairement d’une erreur survenue en laboratoire », a renchéri Heredia.

On se rappellera que le nom d’Heredia avait d’abord fait surface à l’époque du scandale du laboratoire BALCO, impliqué dans les histoires de dopage de joueurs de baseball, dont Barry Bonds et Roger Clemens, ainsi que la championne olympique déchue, l'Américaine Marion Jones.

Pas d'autres cas

À sa défense, Heredia a tenu à rappeler qu’à l’exception du cas Bute, aucun des athlètes pour qui il a travaillé dans le domaine de la boxe professionnelle n’avait échoué à un test. Cela inclut Jean Pascal qu’il a aidé dans sa préparation pour affronter Bute.

Heredia a justifié son choix de faire appel à PharmaGenics en raison des bas tarifs exigés pour ses suppléments.

Des journalistes ont bien tenté d’obtenir la version des faits du laboratoire, mais cette compagnie à numéro a déménagé au moins trois fois depuis deux ans. Sa dernière adresse connue se trouve dans le Yorkshire au nord-est de l’Angleterre.

Bute et Heredia collaborent donc pleinement en prévision du duel annoncé face à un autre protégé d’Yvon Michel, le Colombien et Montréalais d’adoption Eleider Alvarez.

Le combat doit avoir lieu le 24 février au Centre Vidéotron de Québec.

Ensuite, le gagnant doit en principe se battre, en tant qu’aspirant obligatoire, contre Adonis Stevenson pour le titre des mi-lourds du WBC.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine