Lucian Bute est catégorique. Il n'a pas utilisé de produits dopants pour améliorer ses performances. Le boxeur de 36 ans a dit, en point de presse, vendredi, que ce serait idiot de l'avoir fait à son âge.

Bute a appris jeudi soir par un communiqué diffusé par le World Boxing Council (WBC) qu'il avait échoué à un test antidopage après son combat de championnat du monde des super-moyens contre Badou Jack, le 30 avril dernier.

« Je n'accuse personne, mais je trouve très surprenant d'avoir été pris de la sorte », a expliqué le boxeur d'origine roumaine.

Lors de son combat précédent, Bute avait affronté James DeGale à Québec et avait subi neuf tests antidopage, qui se sont tous révélés être négatifs, lors des sept semaines de préparation.

Bute a l'intention de se rendre à Washington pour prendre connaissance sur place des résultats de l'analyse de l'échantillon B.

« Depuis cette annonce, je me suis informé sur ce produit [l'ostarine, NDLR], a raconté Bute. Les médecins m'ont dit qu'il disparaissait de l'organisme humain après 24 heures. Il serait donc inutile de le prendre avant un combat. Ça ne donne rien. »

Il ne veut pas non plus lancer la pierre à son nouveau préparateur physique, Angel Heredia.

Celui-ci a été impliqué dans quelques cas de dopage par le passé, notamment celui du laboratoire BALCO qui a éclaboussé plusieurs vedettes du baseball.

« Il a fait une erreur et il a purgé sa peine, a ajouté Bute. Il ne faut pas l'accabler davantage. »

Bute a aussi de nouveaux entraîneurs. Les frères Howard et Otis Grant s'occupent de sa préparation dans le ring.

Eux-mêmes d'anciens boxeurs, ils se posent des questions.

« Je ne veux blâmer personne. Mais, selon mon expérience, la commission athlétique de Washington ne me semble pas trop sérieuse, peut-être pas incompétente, mais certainement pas aussi rigoureuse qu'au Québec. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine