Une ex-ministre libérale provinciale, un maire d'arrondissement et une professeure et fiscaliste réputée se feront la lutte pour l'investiture libérale dans la circonscription convoitée de Saint-Laurent, bastion libéral de longue date et ancien fief de Stéphane Dion.

Yolande James, ministre libérale sous Jean Charest et collaboratrice à l'émission Les Ex, sur ICI RDI, présentera sa candidature, selon ce que Radio-Canada a appris.

Le temps de terminer sa réflexion à ce sujet, Mme James s'était retirée des Ex, où elle est commentatrice depuis 2014, et avait cessé ses collaborations avec le réseau CBC.

L'avocate de formation a été ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles dans le Cabinet de Jean Charest, d'avril 2007 à août 2010, puis ministre de la Famille de mai 2010 à septembre 2012.

C'est justement la difficulté de concilier les responsabilités familiales et la vie politique qui a poussé Yolande James à ne pas solliciter de nouveau mandat lors des élections québécoises d'avril 2014.

DeSousa dans son arrondissement

Le maire de l'arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa, a quant à lui confirmé sa candidature vendredi après-midi. « Notre prochain député doit vivre dans la circonscription. J'ai une réputation, surtout une expérience concluante et reconnue pour aider les "petits gars". Peut-être c'est parce que je suis un petit gars moi-même et que je fais toutes ces choses et je voudrais apporter cette hargne et [cette] énergie à la Chambre des communes », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Élu une première fois au conseil municipal de Saint-Laurent, alors une municipalité indépendante, en 1990, il y a été réélu deux fois avant de devenir maire en 2001 alors que Saint-Laurent était sur le point de devenir un arrondissement de la nouvelle ville fusionnée de Montréal. D'origine pakistanaise, M. DeSousa vit à Saint-Laurent depuis 44 ans.

« M. Dion laisse un grand vide à remplir. Je crois que je peux faire le travail parce que Saint-Laurent est ma maison et que j'ai eu le privilège de servir les résidents depuis 27 ans », d'ajouter Alan DeSousa.

Sur la scène municipale, il a eu des responsabilités en matière environnementale ainsi qu'en développement économique, en finance et en administration à la Ville de Montréal. Expert en fiscalité, Alan DeSousa avait travaillé comme cadre à BioChem Pharma avant de se lancer en politique.

Une experte réputée

Marwah Rizqy, professeure à l'Université de Sherbrooke, briguera elle aussi l'investiture libérale dans Saint-Laurent, selon ce que Radio-Canada a appris il y a quelques jours.

Mme Rizqy est réputée pour ses travaux sur les paradis fiscaux.

Elle s'est présentée pour le Parti libéral du Canada en 2015 dans Hochelaga. Elle a perdu par 500 voix devant Marjolaine Boutin-Sweet, du Nouveau Parti démocratique.

Un quatrième candidat pourrait s'ajouter

Un quatrième candidat est en réflexion : l’homme d’affaires François Lambert, qui a participé à l’émission Dans l’œil du dragon.

« Pour l'instant, c'est oui, all in », a-t-il déclaré en entrevue à La Presse canadienne, tout en apportant une nuance : « Avant de se lancer dans une investiture, il faut voir qui est le meilleur candidat. Il faut être un joueur d'équipe ».

La circonscription de Saint-Laurent est vacante depuis le départ du député fédéral Stéphane Dion, nommé ambassadeur du Canada en Allemagne après avoir perdu son poste de ministre des Affaires étrangères.

L’avis de vacance a été publié cette semaine par Élections Canada. Une élection complémentaire doit donc y avoir lieu d’ici six mois.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine