Retour

Manifestation à Montréal en solidarité avec les victimes de Charlottesville

Au lendemain des événements de Charlottesville, des groupes militants et syndicaux ont organisé une manifestation contre le racisme, le fascisme et l'extrême droite dimanche soir à Montréal.

Un texte de Catherine Poisson

Des centaines de personnes ont répondu à l’appel des organisateurs, dont Solidarité sans frontières et le Syndicat industriel des travailleurs et travailleuses de Montréal.

« Nous sommes ici pour exprimer notre rage, notre colère et surtout notre solidarité avec les antifascistes qui ont fait preuve de bravoure dans les rues de Charlottesville », a déclaré Aaron Lakoff, membre de Solidarité sans frontières, devant les manifestants réunis au square Phillips, dans le centre-ville de Montréal.

La plupart des manifestants se sont présentés avec une photo de Heather Heyer, la femme de 32 ans morte happée par une voiture qui a foncé dans la foule de manifestants antiracistes, samedi, à Charlottesville.

« On ne connaît pas beaucoup Heather, mais on sait que ça aurait pu être n'importe lequel d'entre nous », a souligné Aaron Lakoff.

La syndicaliste Amanie a pour sa part lancé un appel à l'action. « Nous nous organisons et préparons la réplique », a-t-elle affirmé, suscitant des cris enthousiastes de la part des manifestants.

Le militant américain Samuel R. Friedman a aussi pris la parole au rassemblement, soulignant qu'un de ses proches a été tué par des membres du Ku Klux Klan, à la fin des années 1990.

« Je suis fatigué d'avoir à endurer cette merde. Nous devons vaincre le racisme et le fascisme », a-t-il lancé à la foule.

« Si vous n'êtes pas indigné, vous ne portez pas attention », pouvait-on lire sur l'une des banderoles qui a ouvert la marche. C'est la dernière phrase qu'avait écrite Heather Heyer sur son compte Facebook.

Les manifestants ont défilé pendant un peu plus d'une heure, faisant quelques arrêts notamment devant le consulat général des États-Unis, avant de s'arrêter dans le quartier gai, pour souligner la solidarité du mouvement antifasciste avec les communautés queer et transgenres.

Bon nombre d'entre eux s'étaient couvert le visage de foulards noirs et scandaient des slogans antifascistes, dont plusieurs critiquaient le président américain Donald Trump.

« On veut envoyer un message très clair aux fascistes ici au Québec », a indiqué Aaron Lakoff, soulignant que la montée de l'extrême droite ne se manifeste pas seulement aux États-Unis.

Il a notamment comparé les violences de Charlottesville à l'attentat de la mosquée de Québec, qui avait fait six morts en janvier dernier.

Sous la surveillance des policiers du SPVM, la marche s'est déroulée sans débordement.

Un seul incident mineur est survenu alors que la manifestation tirait à sa fin, lorsqu'un passant a crié : « Le communisme, c'est nul! » Il a rapidement été repoussé par un groupe de manifestants, avant de prendre la fuite.

Peu après l'événement, une information a circulé sur les réseaux sociaux indiquant qu'une camionnette aurait foncé dans la foule et traîné un individu sur plusieurs mètres, mais le SPVM a rapidement nié cette information.

Le SPVM indique que le conducteur de la camionnette aurait été incommodé par du poivre de cayenne lancé par les manifestants, et aurait arrêté son véhicule pour se décontaminer les yeux. Il n’a pas eu besoin d’être transporté à l’hôpital et aucune arrestation n’a été effectuée.

Un autre rassemblement en solidarité avec les victimes de Charlottesville s'est également tenu à Ottawa.

Plus d'articles

Commentaires