Retour

Manifestation contre l'oléoduc Trans Mountain à Montréal

Une autre manifestation contre le projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain de Kinder Morgan s'est déroulée dimanche à Montréal. La multinationale américaine doit se prononcer jeudi sur l'avenir de ce projet qui bénéficie du soutien du gouvernement fédéral.

Un texte de Michel Marsolais

Depuis les référendums québécois sur la souveraineté, peu d'enjeux ont autant divisé le pays.

L’expansion du pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan est jugée « d'intérêt national » par le gouvernement de Justin Trudeau. Mais le projet mobilise plus que jamais les opposants. À Montréal, ils étaient des centaines à manifester.

« C'est de la folie furieuse. Premièrement, ce pipeline ne marche pas du tout dans le cadre de nos objectifs de l'Accord de Paris face aux gaz à effets de serre. Puis, en plus, on prendrait l'argent public pour dédommager une pétrolière américaine », s’indigne le député du Nouveau Parti démocratique (NPD) Alexandre Boulerice.

« Et là, [Justin Trudeau] propose même de financer un pipeline de sable bitumineux avec l'argent des Canadiens alors qu'on devrait tout mettre notre argent dans la transition énergétique et créer des emplois verts », déplore aussi Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada.

Samedi, en Colombie-Britannique, une centaine de personnes ont plutôt manifesté en faveur du projet d'expansion. Même certains chefs autochtones appuient le projet.

« Pour moi, c'est une question d'appuyer les travailleurs dans les ressources à travers le pays », explique un participant.

Pourtant, la Colombie-Britannique s'oppose officiellement au passage de l'oléoduc, ce qui a résulté en une dispute historique avec l'Alberta qui menace maintenant de couper l'approvisionnement en pétrole à sa voisine.

« Je suis prête à fermer le robinet », a déclaré la semaine dernière la première ministre de l'Alberta, Rachel Notley. L’Alberta a aussi mené une campagne de boycott des vins de Colombie-Britannique.

Les Canadiens divisés

Selon un récent sondage Forum Research, les Canadiens sont très divisés sur ce projet. Près de 58 % des Canadiens estiment que l'expansion de l’oléoduc serait bénéfique pour le pays en aidant l'Alberta à exporter son pétrole à meilleur prix. Mais seulement 42 % appuient le projet.

Le pipeline Trans Mountain pourrait transporter 900 000 barils de pétrole par jour vers le Pacifique, ce qui triplerait la capacité d'exportation de l'Alberta.

Certaines communautés autochtones de Colombie-Britannique défendent le projet de Kinder Morgan. Le grand chef de Kanesatake, Serge Simon, pense que la pauvreté de ces communautés y est pour quelque chose.

Daniel Breton, consultant en électrification des transports et ex-ministre de l’Environnement du Québec, rappelle que les banques canadiennes investissent encore largement dans l’industrie pétrolière contrairement à la tendance mondiale.

« Quand on parle d'intérêt national, est-ce que c'est l'intérêt national ou l'intérêt des banques canadiennes? Ça, c'est une question qu'il faut poser à M. Trudeau », dit-il.

La volonté de Justin Trudeau d'indemniser la multinationale pour des pertes subies continue de susciter l'indignation.

« Il ne faut pas juste parler vert, il faut être conséquent avec ce qu’on dit », croit Ruba Ghazal candidate de Québec solidaire.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine