Retour

Marc Bergevin défend son bilan à Tout le monde en parle

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, s'est présenté dimanche sur le plateau de la populaire émission Tout le monde en parle. La difficile dernière saison de l'équipe montréalaise a occupé la majorité de l'entrevue d'un peu moins de 20 minutes.

À Guy A. Lepage, Marc Bergevin a notamment confirmé que le responsable du recrutement amateur Trevor Timmins serait bien à son poste lors du prochain repêchage à Dallas.

Bergevin a également pu préciser quels étaient les piliers de son plan de redressement. Lors de son bilan de fin de saison, il avait indiqué que l'attitude était le premier pilier sans nommer les trois autres.

À Tout le monde en parle, il en a nommé quatre de plus : l'offensive, le jeu en désavantage numérique, Carey Price et le jeu défensif de sa formation.

« En général, notre offensive n’était pas là. Ce n’est pas juste les joueurs qui marquent des buts, mais la manière que les joueurs marquent des buts. Des petits détails comme ne pas aller au filet, ou rester à l’extérieur et ne pas payer le prix », a-t-il détaillé en faisant référence à son deuxième pilier.

« Tout le monde aime gagner, mais moi je veux des joueurs qui détestent perdre. Cette année, je ne suis pas certain que ça les affectait autant que d’autres, ou que moi et les instructeurs. », a-t-il aussi dit en parlant de l'attitude de son groupe.

À la question si le Canadien est un meilleur club sans P.K. Subban, Marc Bergevin a répondu que le Tricolore est « un club différent ».

« Habituellement un échange, c’est pour que les deux équipes aient du succès, a-t-il poursuivi. P.K., on savait très bien quel joueur il était quand il est allé à Nashville. Ce qu’on a reçu en Shea Weber, c’est exactement ce qu’on avait besoin. »

Il s'est par ailleurs dit « très fier de l'échange » avant d'insister sur le fait que la décision de se départir de Subban n'avait pas été prise des mois à l'avance, mais bien lorsque le directeur général des Predators, David Poile, l'avait appelé lors du repêchage en juin 2016 pour lui offrir Shea Weber.

Bergevin est également revenu sur le refus d'Alex Radulov d'accepter de continuer sa carrière à Montréal pour un contrat en tout point similaire avec les Stars de Dallas.

« Tu peux penser que comme au Texas, il n’y a pas de taxes provinciales, il va sauver un certain montant surtout pour un contrat de cette durée. Mais ma masse salariale est la même que celle des autres équipes. Si je commence à gérer en fonction des taxes, il va me manquer de l’argent à la fin de la journée », a mentionné le directeur général du Tricolore.

Bergevin verrait par ailleurs d'un bon oeil que la masse salariale soit indexée en fonction de la réalité financière de chaque marché. « Comme DG, ça rendrait ma tâche beaucoup plus facile, mais ça appartient à la Ligue nationale. »

Questionné à de nombreuses reprises sur différentes rumeurs qui circulaient autour de son club, notamment sur celles qu'il entretiendrait de mauvaises relations avec le capitaine Max Pacioretty, Marc Bergevin a tenu chaque fois à les démentir.

Plus d'articles