Retour

Marc Demers réélu maire de Laval, Stéphane Berthe défait à Terrebonne

Les Lavallois ont choisi d'accorder un second mandat à Marc Demers, chef du Mouvement lavallois, pour diriger leur ville. Il a obtenu 46 % des voix, loin devant ses principaux adversaires.

L'opposition de M. Demers demeure divisée. Michel Trottier et Jean-Claude Gobé le suivent et ont respectivement récolté 20,5 % et 15,9 % des voix. Sonia Beaudelot n'était pas très loin derrière, avec 15,5 % des voix.

« Merci aux citoyens de Laval qui ont cru dans notre vision urbaine de nature, qui ont cru dans notre planification et notre schéma d'aménagement. Les électeurs nous ont donné un mandat clair : poursuivez dans votre planification », a déclaré le maire Demers, entouré de ses proches et de ses conseillers.

Marc Demers semble donc avoir su impressionner les électeurs avec le ménage effectué après l’ère Gilles Vaillancourt. Il se disait convaincu, en début de campagne, d'atteindre son but.

La campagne n’avait pas fait beaucoup de vagues. Le prolongement de la ligne de métro orange à partir de la station Côte-Vertu, le maintien des référendums sur les changements de zonage et le manque d'envergure, selon certains, des projets du maire Demers sont quelques-uns des dossiers qui ont fait parler l’île Jésus au cours des dernières semaines.

Marc-André Plante élu à Terrebonne

Pendant ce temps, à Terrebonne, le candidat Marc-André Plante a devancé son adversaire Stéphane Berthe. M. Plante a obtenu 13 883 votes, ou 42 % des voix exprimées, comparativement à 10 371 votes, ou 31,4 % des voix exprimées, pour M. Berthe.

Le maire Jean-Marc Robitaille avait quitté ses fonctions il y a un an, pour des raisons de santé, après que l'Unité permanente anticorruption (UPAC) eut perquisitionné dans son bureau de l'hôtel de ville et dans sa résidence.

La garde rapprochée de l’ancien maire est soupçonnée d’avoir bénéficié d’un système frauduleux lié à l’attribution de contrats publics. L’intégrité a donc été le principal enjeu de cette campagne électorale.

Marc-André Plante, chef de l’Alliance démocratique, affirme que son équipe et lui ont été victimes d'intimidation ces dernières semaines. Il a demandé à la police de Terrebonne de faire enquête.

Cordato réélue à Boisbriand, Leduc défaite à Rosemère

Ailleurs sur la Rive-Nord, la mairesse sortante de Boisbriand, Marlène Cordato, a été facilement réélue. Elle a obtenu 5833 votes, ou 62,4 % des voix, loin devant les 2595 votes – ou 27,7 % des voix – du candidat indépendant Denis Hébert.

Les électeurs de Rosemère ont montré la porte de sortie à la mairesse Madeleine Leduc. Après le dépouillement de 58 des 66 boîtes de scrutin, Eric Westram avait recueilli 2864 votes, ou 63 % des voix, par rapport à 1321 votes, ou 29 % des voix, pour Mme Leduc.

La fermeture de la caserne de pompiers, en 2016, et la vente du club de golf de Rosemère ont semblé avoir suscité une certaine controverse au sein de la population.

Un peu plus au nord, à Blainville, le maire sortant Richard Perreault jouissait d’une confortable avance de 6391 voix sur Florent Gravel après le dépouillement de 97 des 125 bureaux de vote.

À Saint-Eustache, le maire sortant, Pierre Charron, a facilement été réélu. Il a récolté 10 036 votes, ou 65 % des voix, tandis que sa plus proche rivale, Julie Desmarais, a reçu 3844 votes (25 % des voix).

À Mascouche, le maire sortant, Guillaume Tremblay, a été réélu. Il a obtenu 75,7 % des voix, ou 9914 votes, faisant mordre la poussière à son adversaire François Collin, qui a recueilli 17,3 % des voix, ou 2269 voix.

Chantal Deschamps a été réélue pour un septième mandat à la mairie de Repentigny. Elle a obtenu 12 374 voix, ou 53 % des voix exprimées, par rapport à 10 621 voix pour son adversaire Bruno Villeneuve, ou 45 % des voix.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine