Retour

Marie-Alex Bélanger est la meilleure athlète universitaire au Canada

Marie-Alex Bélanger est l'athlète par excellence du sport universitaire canadien, toutes disciplines confondues. La joueuse de volleyball est seulement la deuxième étudiante de l'Université de Montréal à remporter le prix BLG.

Un texte de Jean-François Poirier

« Je ne veux pas mentir, affirme l'attaquante étoile des Carabins. Je me suis déjà attendu à recevoir certains honneurs, mais pas celui-là. J'ai été vraiment impressionnée par le parcours des autres athlètes sélectionnées. Entendre mon nom au micro a été une surprise. »

L'athlète de 25 ans termine en beauté un parcours universitaire de 5 ans durant lequel son équipe a remporté quatre championnats provinciaux d'affilée.

Le prix de l'athlète par excellence d'USPORTS, qui lui a été remis, lundi, à Vancouver, est le couronnement d'une saison magique. Bélanger a maintenu une moyenne de 3,98 attaques marquantes par manche, ce qui la place au premier rang du réseau canadien.

En 2017-2018, Bélanger a décroché des places sur les premières équipes d'étoiles provinciale, nationale et du championnat canadien. Elle a également été nommée athlète de l'année chez les Carabins, du RSEQ (volleyball) et d'U SPORTS (volleyball).

Apprendre à la dure

Marie-Alex Bélanger savait qu'elle n'était pas une étudiante modèle à son arrivée avec les Carabins.

« L'adaptation a été difficile. Je n'étais pas déterminée à aller loin dans mes études, mais c'est grâce au sport si je suis restée. Il m'arrivait de mettre tous mes oeufs dans le même panier. Si le volleyball allait bien, les études allaient bien aussi. Mais si je traversais une mauvaise période, je pouvais mettre toutes mes énergies sur le volleyball et laisser mes études de côté. J'ai appris que je ne devais pas faire ça. Aujourd'hui, je suis autant une bonne étudiante qu'une bonne athlète grâce à mon entourage à l'Université. »

La diplômée en relations publiques pourra dorénavant consacrer tous ses efforts à la pratique du volleyball. Membre de l'équipe nationale, Bélanger se prépare à participer au Championnat du monde en novembre au Japon.

« Vancouver est mon nouveau chez-moi. L'équipe nationale est installée ici. Je ne me suis pas entraînée pendant les trois derniers jours, mais je brûlais d'envie aujourd'hui de retourner sur le terrain avec mes coéquipières. C'est ce qui me motive chaque matin. Je ne peux pas concevoir ma vie sans le volleyball. »

Bélanger, qui est originaire de Joliette, explique sa passion pour ce sport qui devrait la mener jusqu'aux rangs professionnels en Europe.

« C'est un honneur énorme pour notre équipe et le programme des Carabins, soutient l'entraîneur-chef des Bleus Olivier Trudel. Marie-Alex a toujours démontré qu'elle était une athlète exceptionnelle et l'ensemble du sport universitaire vient de le reconnaître. Je suis vraiment excitée de voir ce que l'avenir lui réserve. »

Son agent au travail

Un agent italien lui cherche déjà un poste au sein d'une formation professionnelle en Europe.

« Il fait le travail pour moi pour que je puisse me concentrer sur le volleyball. Ça peut être très payant de jouer au volleyball en Europe. Il existe plusieurs niveaux. Ton salaire peut être bas, mais tu peux aussi bien gagner ta vie. Je ne sais pas où je vais aboutir cet hiver mais ça pourrait être en France, en Italie ou en Pologne. »

Bélanger finit par avouer sa préférence.

« En Italie, dit-elle en poussant un soupir. Je n'ai jamais entendu personne revenir de l'Italie avec de mauvais souvenirs. Que ce soit pour le pays ou pour le niveau de jeu des ligues professionnelles italiennes. Ce serait l'endroit rêvé pour gagner sa vie. »

Bélanger est la septième membre du programme des Carabins à faire partie des finalistes pour les prix BLG. Elle est la 10e gagnante issue du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ). Laetitia Tchoualack est l'autre étudiante issue du programme de volleyball des Carabins à avoir reçu cet honneur en 2008.

« Ma plus grande déception est de ne pas avoir gagné de titre national parce qu'on aurait pu. Je vais me souvenir de tous mes voyages avec mes coéquipières. Le plus beau tournoi a été le dernier même si on a terminé au 5e rang au Championnat canadien. On a pleuré toute la fin de semaine ensemble, mais les filles se sont tellement rapprochées. Ce sont mes souvenirs les plus précieux. »

Plus d'articles