Retour

Max Pacioretty au coeur d'une mauvaise séquence

BROSSARD - Claude Julien a identifié un jeu en particulier pour illustrer son propos. Max Pacioretty, combatif en échec avant, cause un revirement en zone des Sénateurs qui mène tout droit au but gagnant de Phillip Danault.

Un texte d'Alexandre Gascon

C’était le 29 novembre. Montréal venait tout juste de créer l’égalité 1-1 contre Ottawa par l’entremise de Jonathan Drouin et de son magnifique but sur un tir de pénalité. À peine plus de deux minutes plus tard, grâce au capitaine, le Canadien prendra l’avance et la gardera.

Ç’a été la façon pour l’entraîneur d’expliquer la valeur de son capitaine malgré la sécheresse offensive qui s’est abattue sur lui récemment.

« Il fait beaucoup de bonnes choses. Je me souviens de ce match ici qu’on a gagné quand il a créé un revirement par son échec avant derrière le filet. Il a été bon en désavantage numérique aussi. Parfois, on regarde seulement les buts marqués. […] C’est le genre de gars qui, lorsqu’il se met à marquer, ça vient en bunch », a fait valoir Julien.

C’est vrai depuis le début de la saison en tout cas. Pacioretty a amorcé la campagne avec un seul but en huit matchs. Il a enchaîné avec une séquence de 6 buts en 10 rencontres et le voilà maintenant coincé à une seule réussite à ses 11 derniers matchs.

Son équipe a malgré tout maintenu un dossier respectable de 5-4-2 au cours de cette période, mais l’on peut croire que pour poursuivre son ascension au classement, le Bleu-blanc-rouge aura impérativement besoin de la contribution à l’attaque du no 67.

« Ce n’est probablement pas ce qu’il souhaite en termes de buts marqués présentement, mais il faut regarder le portrait d’ensemble. Il mène encore notre équipe en tirs au but et en chances de marquer », a précisé Julien.

Il aurait aussi pu ajouter que le taux de possession de rondelle de sa bande lorsqu’il est sur la glace à cinq contre cinq est l’un des meilleurs de l’équipe, le cinquième en fait, avec une efficacité de 53,61%.

Sauf que, toujours à cinq contre cinq, Pacioretty a inscrit seulement quatre buts et deux passes. Depuis quelques matchs, la complicité intrinsèque qui a toujours prévalu entre Danault et lui est indicible comme si le Québécois, généralement généreux avec son capitaine, s’appliquait un peu trop à essayer de le faire produire. L’entraîneur-chef n’a pas l’intention de modifier ses combinaisons pour le moment

« Il y a du travail à faire du côté de la dynamique du trio. On continue de travailler avec ce trio-là. Nous en avons d’autres qui vont bien. Ce trio-là a le potentiel d’avoir du succès. Max fait beaucoup de bonnes choses, a-t-il réitéré. Un joueur ne doit pas limiter son jeu à seulement une phase. »

À long terme pour la survie de l’équipe, peu importe les « autres phases » où peut exceller Pacioretty, il devra se remettre à faire vibrer les cordages plus tôt que tard.

Les vedettes réunies?

Depuis le 2 novembre, jamais le CH n'a disputé une rencontre avec Shea Weber, Carey Price et Drouin dans la formation.

Le Québécois incommodé par une blessure au bas du corps a raté une troisième rencontre de suite contre les Blues. Son but était de réintégrer le groupe pour l’affrontement contre les Flames de Calgary jeudi, mais le Canadien assure qu’un virus l’a terrassé mardi matin.

Le doute plane maintenant sur sa présence.

Julien s’est assuré de dissiper ceux qui auraient pu concerner Carey Price par contre. Le gardien sera d’office pour une 7e rencontre de suite face aux Flames.

Le Britanno-Colombien a retrouvé sa superbe depuis son retour au jeu le 25 novembre avec une fiche de 5-1-0, un pourcentage d’efficacité de 94 % et une moyenne de buts accordés de 1,67. Des chiffres qui font écarquiller les yeux de tous…sauf le principal intéressé.

« Je l’ai déjà dit. Je n’accorde pas vraiment d’importance aux statistiques. Je garde une mentalité d’un match à la fois », s’est contenté de répondre Price sur la question.

En rafale

Le CH n’a pas encore décidé ce qu’il fera de Victor Mete à l’approche du Championnat du monde de hockey junior. Hockey Canada a lancé ses invitations mercredi à 32 joueurs partout au pays et le Canadien ne ferme pas la porte à un renvoi éventuel du jeune homme de 19 ans. « Au bout du compte, l’important, c’est le Canadien de Montréal », a rappelé Julien.

Les entraînements matinaux semblent en voie de disparition à Montréal depuis une semaine. Ce qui n’est pas pour déplaire à Pacioretty. « Je suis grandement en faveur de ça. C’est une tendance à travers la ligue. Je ne sais pas qui a commencé à faire des entraînements matinaux, mais je ne suis pas un de ses partisans, a lancé le capitaine en plaisantant. Tu ne vas pas te mettre en forme pour un match le matin même. Il y a certaines circonstances où c’est utile. Après un congé, tu veux retrouver tes sensations avec la rondelle par exemple. » Le Canadien montre une fiche de 2-1-0 en pareilles situations.

Pour sa part, Artturi Lehkonen (bas du corps) a patiné en solitaire pendant une vingtaine de minutes avant ses coéquipiers.

Le Tricolore se prépare à accueillir coup sur coup les Flames de Calgary (14-12-1), jeudi, et les Oilers d'Edmonton (11-14-2), samedi. Les Flames en seront à un deuxième match en 24 heures après un arrêt à Toronto.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine