Retour

Maximilien Van Haaster virtuellement qualifié pour Rio

Maximilien Van Haaster a dû se contenter d'une 110e place au Grand Prix de La Havane, mais le fleurettiste montréalais a surtout maintenu sa place dans la course aux laissez-passer olympiques si bien qu'il est officieusement qualifié pour les Jeux de Rio.

« Même si je n'ai pas obtenu un bon résultat, je me suis assuré d'une place aux Jeux olympiques, alors il y a ça de positif! » a mentionné l'escrimeur à son retour au pays.

Deux sauf-conduits individuels pour le grand rendez-vous de l'été prochain sont disponibles au fleuret chez les hommes pour la zone continentale. Les Américains et les Brésiliens ayant qualifié leur équipe, Van Haaster était le prétendant numéro un à ces billets.

Même s'il n'a pas amélioré sa récolte de points à Cuba, le Montréalais de 23 ans a conservé ses acquis, si bien qu'il sera le premier des deux athlètes des Amériques sélectionnés pour les Jeux au dévoilement des classements internationaux le 4 avril prochain.

Le parcours de Van Haaster dans la capitale cubaine s'est arrêté après la ronde de poules, vendredi, où il n'a remporté qu'une seule victoire en cinq matchs. « J'étais assez fatigué », a expliqué celui qui avait fait un aller-retour à Cancun, au Mexique, la semaine précédente pour un tournoi satellite. « J'ai jamais réussi à prendre le rythme et trouver l'intensité nécessaire. »

Meilleure des Amériques sur l'échiquier international après les Américaines, l'Ontarienne Eleanor Harvey s'est aussi officieusement qualifiée pour la prestigieuse épreuve olympique.

Quatre mois de préparation avant le grand jour

Maintenant que sa qualification olympique est pratiquement dans la poche, le jeune escrimeur entend redoubler d'efforts afin de savourer pleinement son futur séjour à Rio de Janeiro.

« Je suis très content. J'ai encore quatre mois devant moi, alors ça sera un quatre mois avec beaucoup d'entraînement », a précisé celui qui prendra quelques jours de repos avant de planifier sa prochaine grande aventure. « Je voulais assurer ma qualification sans regarder ce qui se passait après. Maintenant que c'est fait, je vais faire un plan avec mon entraîneur. »

Il profitera également des prochaines semaines pour soigner sa blessure à un doigt qu'il traîne depuis janvier.

À Rio, Van Haaster en sera à sa première expérience olympique. Il est toutefois entouré de tireurs qui peuvent lui partager les informations nécessaires à sa préparation, telle que la sabreuse à la retraite Sandra Sassine et le fleurettiste Étienne Lalonde Turbide, tous deux de la délégation canadienne aux Jeux de Londres.

« C'est tellement différent les Jeux olympiques et une Coupe du monde. Je n'ai pas l'expérience des Jeux, mais si je peux compter sur l'expérience d'autres personnes, ça va m'aider. »

« Je suis surtout excité de participer aux Jeux. C'est sûr que c'était un objectif d'y aller, mais ce n'est qu'un début. Ce n'est qu'un pas de plus! Je veux revenir avec une médaille. Je n'y vais pas seulement pour participer. »

Avant l'importante compétition estivale, il titrera à la Coupe du monde de Saint-Pétersbourg, en Russie, en mai, puis au Grand Prix de Shanghai et aux Championnats panaméricains de Panama en juin.

Plus d'articles

Commentaires