Retour

Menacé d’expulsion, le cochon Babe pourra rester à Montréal

Le cochon miniature domestique Babe va finalement pouvoir continuer de demeurer dans l'appartement de sa famille, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, même si la Ville de Montréal avait demandé mi-avril à sa propriétaire de s'en débarrasser, en s'appuyant sur le règlement animalier de la métropole.

Un texte de Romain Schué

« Babe sera régularisé », a indiqué à Radio-Canada le cabinet du maire de l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Pierre Lessard-Blais. Ce dernier, accompagné par le conseiller Craig Sauvé, responsable du dossier animalier au sein de l'administration de Valérie Plante, avait rendez-vous lundi matin avec Sara-Maude Ravenelle, la propriétaire de la bête, pour lui annoncer la bonne nouvelle.

« C'est un très gros soulagement », a-t-elle déclaré, au terme de cette rencontre d'une trentaine de minutes.

« Pour nous, il fait partie de notre famille. C'était inconcevable de le perdre », a-t-elle ajouté.

Un « trou juridique »

Au cours des derniers jours, la jeune femme, photographe de profession, est passée par tous les états.

À la suite d’une plainte citoyenne, elle avait reçu la visite d’une patrouille canine de la Ville de Montréal mi-avril. Elle avait alors 15 jours pour lancer une procédure afin de se débarrasser de son animal.

La raison? Il ne fait pas partie des animaux autorisés sur le territoire de la métropole, selon les termes définis par la précédente administration municipale. Les poissons, eux non plus, ne figurent pas sur cette liste dans laquelle on retrouve, outre les chiens et les chats, le hérisson, le furet, le crapaud, la tortue ou encore les lézards dont la taille n’atteint pas plus de deux mètres.

Cette décision avait alors grandement surpris Mme Ravenelle, qui avait, quelques années plus tôt, eu l’autorisation écrite de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, où elle résidait. « Avant de se procurer Babe, on s’était assuré qu’on pouvait vivre avec un micro cochon à Montréal », a-t-elle précisé.

« Mais depuis, elle était tombée dans un trou juridique », a expliqué le cabinet municipal, en faisant référence au règlement animalier mis en place par l’équipe de Denis Coderre fin 2016, appelé à être prochainement revu.

Un cochon « doux » et « paternel », selon sa propriétaire

L’histoire de Babe avait été relayée la semaine passée par de nombreux médias, après la publication d’une vidéo sur Facebook, montrant Babe et la fille de Sara-Maude Ravenelle. Cette vidéo a été consultée plus de 111 000 fois.

« Il y a eu une vague de sympathie pour Babe. On s'est senti épaulé dans cette épreuve », a confié Mario Ramos, le compagnon de Mme Ravenelle.

Âgé de trois ans, ce mâle « très douillet », qui pèse environ 60 livres, fait partie intégrante de cette famille montréalaise, qui compte également trois chats. Le couple avait acquis ce cochon en mars 2015, lorsqu’il avait deux mois. Toute la maisonnée a ensuite pris la direction d’Hochelaga-Maisonneuve en mai 2017, principalement pour « le bien-être » de l’animal.

« On a acheté notre logement afin d’être au rez-de-chaussée et d’avoir une cour arrière pour lui, pour qu’il puisse fouiner dehors. Toutes nos décisions ont été prises en fonction de son intérêt et il est très heureux », affirme Mme Ravenelle, dont la fille, âgée de 11 mois, « joue avec le cochon », qui a même son propre lit.

« Mon cochon n’a aucune agressivité, il est doux, sociable et a un instinct paternel avec ma fille. Il interagit avec elle et elle, elle peut lui courir après. Je n’ai jamais eu peur pour elle. Babe a vraiment l’intelligence d’un enfant de quatre ans », reprend celle qui n’hésite pas à le sortir quotidiennement dans la rue, avec une laisse, afin qu'il fasse ses besoins.

« Quitter la maison pour une ferme ou une grange l’aurait rendu malheureux. Il ne pourrait pas vivre ailleurs, car il a toujours vécu avec nous », dit-elle.

Les autres cochons miniatures permis

Alors qu’un nouveau règlement animalier devrait être annoncé « dans les prochaines semaines », la Ville ne veut cependant pas s’avancer sur l’arrivée de nouveaux cochons miniatures à Montréal.

« On est encore en train d’affiner [les détails du règlement], mais ce qui est sûr, c’est que la propriétaire de Babe pourra conserver son cochon », a-t-on confirmé à Radio-Canada.

La Ville a par ailleurs mentionné qu’aucun autre propriétaire de cochon miniature n’aurait fait une demande de régularisation. « S’il y a d’autres cas, on pourra les analyser », affirme-t-on, tout en certifiant que les cochons déjà présents sur l'île pourront le rester.

Selon Mme Ravenelle, il y aurait une cinquantaine d’animaux similaires dans la métropole.

« Comme élever un enfant »

Elle tient cependant à prévenir ceux qui seraient intéressés pour se procurer une telle bête. « C'est vraiment comme élever un enfant, c'est beaucoup d'investissement en temps et ce n'est pas aussi facile qu'un chat », a-t-elle prévenu, ajoutant que Babe est nourri deux fois par jour.

Même si c'est « vraiment une belle relation à développer », un cochon miniature « ne reste pas tout petit ». « C’est comme un chien moyen, plus petit sur pattes. Il faut avoir conscience de la place que ça prend. C’est un peu les mêmes responsabilités qu’avoir un chien, tu ne peux pas t’absenter plus de 8 à 10 heures par jour », a-t-elle mentionné.

En 2016, une histoire semblable est survenue à Trois-Rivières. La municipalité avait demandé à la propriétaire de Bacon, considéré comme un animal de ferme – autorisé uniquement dans une zone agricole – et non comme un animal domestique, de se départir de sa bête. Un constat d’infraction lui avait été remis.

Finalement, au printemps 2017, la cour municipale de Trois-Rivières avait tranché en faveur de Bacon, qui avait obtenu l’appui de plusieurs milliers de citoyens, signataires d’une pétition.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine