Retour

Message aux joueurs du Canadien : vous êtes désormais imputables!

BILLET - Maintenant que le coup de barre a été donné du côté de l'entraîneur, on replie bien gentiment le doigt qu'on montrait dans toutes les directions. On serre ce doigt bien doucement sur son bâton pour le mettre à l'œuvre de façon positive et aller chercher les quelques victoires qu'ils vous manquent pour vous réserver une place à la danse printanière.

Un texte d'Enrico Ciccone

Le chiffre magique selon moi pour y accéder, c'est 13 victoires.

Plusieurs d'entre vous étaient obligés de se raser dans la douche dernièrement, car vous étiez incapable de le faire en regardant la réflexion de celui qui laissait tomber ses coéquipiers soir après soir.

Et cela pour plus de trois mois déjà.

Seulement 18 victoires en 44 matchs depuis le 13 novembre dernier, ce n'est pas digne du talent présent dans votre vestiaire.

Profitez de cette page blanche que vous ont offerte votre DG Marc Bergevin et votre nouvel entraîneur Claude Julien pour entrer dans leurs bonnes grâces. Gagnez chaque seconde, chaque minute de temps de glace, et la possibilité d'avoir une plus grande part du gâteau... en avantage numérique.

Brendan Gallagher, je sais que l'arrivée d’Andrew Shaw cet été t'a quelque peu froissé. Il a pris beaucoup de tes minutes en supériorité numérique.

Tu t'es senti à l'écart, mais on oublie tout cela et l'on repart à neuf. Tu es aussi important, voire plus qu’Andrew.

Tomas Plekanec, on te fait la vie très dure cette année, car on associe toujours ton salaire avec tes performances. Les gens ne comprennent pas que tu as obtenu ce salaire pour tes performances des années précédentes.

Avec une saison 2014-2015 de 60 points, dont 26 buts, en 82 matchs, c'est pas mal. Mais avoue que depuis, ça laisse un peu à désirer.

Ressaisis-toi « Pleky », tu es bon.

Nathan Beaulieu, je suis tombé amoureux de ton jeu au moment où j'ai posé mes yeux sur toi au camp d'entraînement de 2011.

Jeune défenseur au coup de patin fluide, mobile comme pas un, tu as le potentiel d'être un arrière complet dans cette grande ligue. Mais on conviendra que la constance est essentielle si tu veux être reconnu en ce sens.

Carey Price, la Coupe Stanley va passer par toi, et seulement toi.

Tu le sais et tu y penses chaque jour. Tu passes peut-être même des nuits blanches à y penser. Tu veux jouer tous les soirs et l'on devrait te donner la possibilité de le faire.

Tu es toujours, à mes yeux, le meilleur à ta position, et ton nouvel entraîneur le croit aussi. Maintenant, tu peux reprendre ta routine, avoir les idées claires et te préparer pour chaque match comme tu le faisais si bien dans le passé.

Tu peux maintenant arrêter de broyer du noir en pensant à Michel Therrien.

Tu es le meilleur, ta technique est au sommet de son art. Tu es gros et solide comme un mur, et les rondelles sont aussi grosses que des ballons de plage.

Nous avons confiance en toi.

Greg Pateryn et Michael McCarron, n'ayez plus peur de faire des erreurs et faites-vous confiance. Vous êtes des chevaux de trait, des Clydesdales, pas nécessairement très rapides, mais très résistants.

Collectivement, on a besoin de ce genre de joueurs pour atteindre les plus hauts sommets.

« Coach » Julien aime ce genre de joueurs et saura donner l'espace qui vous revient pour vous développer.

Si seulement votre ancien coéquipier Jarred Tinordi avait pu croiser sur son chemin cet excellent entraîneur... Il serait aujourd'hui une force en défense avec vous.

Cependant, il ne faut pas vivre dans le passé.

Pour le reste d’entre vous, soyez la personne la plus importante de celles assises à votre gauche et à votre droite dans le vestiaire.

Ne le laissez jamais, je répète, JAMAIS tomber.

Loyauté, respect et engagement sont des principes de base pour toutes personnes qui veulent réussir dans un domaine donné.

Dans votre industrie, c’est impératif!

Plus d'articles