Retour

Meurtre d'un chauffeur de taxi : début du procès de Michel Duchaussoy

Le procès de Michel Duchaussoy accusé d'avoir tué le chauffeur de taxi Ziad Bouzid a commencé ce matin au palais de justice de Montréal. Les événements remontent au 20 novembre 2013, à l'angle de la rue Darlington et du chemin de la Côte-Sainte-Catherine.

Un texte de Karine Bastien

Dans son discours d'ouverture, la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Geneviève Dagenais a rappelé aux 12 jurés le fil des événements.

C'est dans un restaurant Tim Hortons, sur le chemin de la Côte-de-Liesse, que la conjointe de l'accusé téléphone à la compagnie de taxi Diamond. La couronne a expliqué que l'accusé vivait une mauvaise période, qu'il avait perdu son travail et sa maison.

Il se promenait avec une boîte dans laquelle se trouvait un fusil de calibre 12 tronçonné.

Une fois à bord de la voiture taxi de la victime, l'accusé donne une fausse adresse sur la rue Darlington. Le couple n'a pas d'argent pour payer la course de 30 $. Deux coups de feu sont alors tirés et un atteint le chauffeur de taxi au visage.

L'accusé a admis son crime aux policiers

La Couronne a aussi informé les jurés qu'elle présentera lors du procès une vidéo dans laquelle l'accusé admet aux policiers être responsable du meurtre du monsieur Bouzid.

Il explique aussi être en colère contre un certain nombre d'individus. Michel Duchaussoy affirme aussi que quelques heures avant, il est monté à bord d'un autobus de la ville sans payer. Il voulait tuer un chauffeur d'autobus, mais étant donné que le chauffeur était une femme, il n'avait pas mis son plan à exécution.

Premier témoin

Guy-Paul St-Laurent, un policier patrouilleur depuis 2 ans au Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM), a été un des premiers à arriver sur la scène. Il répondait à un appel pour un accident. À son arrivée sur la scène, une voiture était en feu et la fumée était tellement dense qu'on ne pouvait pas distinguer s'il y avait quelqu'un à l'intérieur.

Lorsque le policier St-Laurent s'approche du véhicule, il remarque que le capot est ouvert et qu'un pneu est crevé. La portière du conducteur est ouverte. Il réussit à extirper la victime de la voiture taxi. Le policier affirme qu'à ce moment-là, le chauffeur est toujours en vie puisque lorsqu'il le soulève, il entend des gémissements.

Le patrouilleur remarque que la victime a beaucoup de sang du côté gauche du visage. Rapidement, des ambulanciers le transportent à l'hôpital où son décès est constaté quelques heures plus tard.

Procès de 6 semaines

Le procès devrait durer 6 semaines. Au total, la couronne prévoit faire entente 17 témoins : des policiers, des enquêteurs, des spécialistes en identité judiciaire, des experts en projection de sang et des résidents de l'endroit qui ont été témoin des événements.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine