Michael McCarron se sent de plus en plus à l'aise dans un vestiaire de la Ligue nationale de hockey. Décontracté, il plaisante avec les journalistes et assure qu'il a sa place parmi les grands.

Un texte d'Alexandre Gascon

Qu’il le pense est une chose, mais que son nouveau patron lui prédise un bel avenir, voilà qui a fait sourire le colosse de 1,98 m (6 pi 6 po) et 105 kg (231 lb).

Claude Julien a été élogieux avec le joueur de 21 ans après le match contre les Jets samedi.

« Je vois un grand futur devant lui dans la Ligue nationale », avait lancé l’entraîneur en conférence de presse.

« Qui a dit ça », a demandé McCarron, surpris, lorsqu’on lui a rapporté ces propos.

« Ça fait plaisir à entendre, a-t-il répondu, une fois renseigné sur l’auteur du compliment. Je dois travailler fort pour montrer que ma place est ici. La première impression est toujours importante et j’espère lui avoir fait bonne impression (samedi). »

C’est ce qui a semblé, même si la feuille de match ne traduit pas l’enthousiasme de Julien à l’égard du jeune homme.

Contre Winnipeg, McCarron a joué 7 min 49 s, il a obtenu un tir au filet, une mise en échec et s’est exécuté sur cinq mises en jeu. Ce sont des statistiques en tous points semblables à son dernier match sous les ordres de Michel Therrien à Boston.

Entre-temps, l’Américain de Grosse-Pointe, au Michigan, est allé disputer deux rencontres à Saint-Jean (Terre-Neuve-et-Labrador) dans la Ligue américaine, afin de ne pas perdre la main.

« (À Saint-Jean), je joue plus qu’ici, mais c’est comme ça que ça se passe. Je vais là-bas, j’apporte des correctifs et j’ai bien joué. Alors dès que je reviens ici, je sens que je suis à ma place », a expliqué McCarron après l’entraînement public tenu par le Canadien au Centre Bell, dimanche.

McCarron a été rappelé vendredi du club-école, et envoyé dans la mêlée le lendemain, sans même avoir pratiqué avec le Tricolore. Une belle marque de confiance accordée par Julien.

Julien, une bouffée d’air frais

« (Claude) est venu me parler rapidement et il m’a fait sentir comme à la maison. Ça va bien pour l’instant », a confié le jeune homme.

Si l’entraîneur a flatté le grand joueur de centre, McCarron le lui a bien rendu.

« Il apporte beaucoup d’énergie et d’enthousiasme, ce qui nous manquait. Il a l’air d’un bon gars », a-t-il lancé.

L’Américain était à plus de 2500 km de Montréal lors du grand tumulte de la dernière semaine. Il a assisté au changement d’entraîneur à distance, mais il a rapidement constaté la différence une fois de retour dans le vestiaire du CH.

« (Claude) a des idées différentes sur notre façon de jouer. Que ce soit sur notre relance en zone neutre ou notre échec avant, chaque jour, il implante son système un peu plus. Une étape à la fois. On pourra rapidement le saisir, je pense », a analysé McCarron.

McCarron aura l’occasion de démontrer toute sa compréhension du nouveau système de jeu dès mardi soir contre les Rangers, où il devrait retrouver son poste au centre du quatrième trio.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine