Retour

Montréal abandonne le projet de chaussée et de trottoirs chauffants rue Sainte-Catherine

Les trottoirs de la rue Sainte-Catherine Ouest devaient être chauffants, tout comme sa chaussée. L'administration Coderre prévoyait en faire l'annonce en grande pompe après les élections municipales. Or, Radio-Canada a appris que l'administration Plante abandonne définitivement cet aspect du projet d'aménagement de l'artère commerciale du centre-ville de Montréal.

Un texte de Julie Marceau

L’idée d’étendre le système de chauffage à la chaussée devait permettre de prolonger sa durée de vie et « d’assurer une cohérence dans l’aménagement (…) et dans l’image de marque proposée par la nouvelle rue Sainte-Catherine », indiquent des documents obtenus par Radio-Canada.

L’administration Coderre voyait dans ce projet la possibilité de donner un caractère distinctif à la rue Sainte-Catherine Ouest, en plus d’améliorer la sécurité des piétons l’hiver, la propreté des trottoirs et de la chaussée. La piétonnisation ponctuelle de la rue Sainte-Catherine Ouest était également envisagée.

Mais en raison de la possibilité de « bris » dans le système de chauffage électrique au glycol, des coûts d’entretien annuels et d’économies considérées comme étant marginales en matière de déneigement, l’administration Plante abandonne cette idée.

Les 30 millions de dollars qui auraient été injectés dans un pavé de granit gris foncé et un système de chauffage alimenté à l’électricité seront plutôt réinvestis dans un tout nouveau concept qui sera annoncé au début du mois de mars.

Un aménagement revu en profondeur

Sans lever le voile sur le projet final, le responsable du développement économique et commercial au comité exécutif de la Ville de Montréal, Robert Beaudry, a expliqué lundi que l’aménagement était actuellement revu en profondeur par rapport aux plans initiaux de l’administration Coderre.

« On a une soixantaine de commerces fermés sur Sainte-Catherine, il faut qu’on puisse se dire, comme administration, quand on a fini de travailler là-dessus, on a vraiment fait une différence, puis ça va vraiment avoir un impact pour les commerçants et (…) le projet précédent n’avait pas cette audace-là et il ne faisait pas cette différence-là », a affirmé Robert Beaudry.

La firme Provencher Roy, qui revoit le concept, étudie différentes possibilités, de l’élargissement des trottoirs au retranchement de voies de circulation automobile ou d’espaces de stationnement, en passant par la piétonnisation de la rue.

« Notre administration travaille d’arrache-pied avec les services pour regarder les scénarios », résume Robert Beaudry.

Pour contacter Julie Marceau : julie.marceau@radio-canada.ca

Plus d'articles