Retour

Montréal, destination d'affaires par excellence

Les touristes américains ont envahi Montréal ce printemps pour le plus grand bonheur des hôteliers de la métropole québécoise qui ont vu leurs recettes augmenter de 10,5 % par rapport à l'an dernier.

L'augmentation de l'achalandage des touristes étrangers, combinée à une hausse de 6,9 % du tarif moyen des nuitées, explique cette hausse des revenus par rapport à l'an dernier. « Le printemps a été historique en termes de chiffres », a déclaré le président-directeur général de Tourisme Montréal, Yves Lalumière, en entrevue à Radio-Canada. Il ajoute que Montréal a connu son meilleur printemps en matière de tourisme depuis 20 ans.

Le taux d'occupation moyen des hôtels situés sur l'île de Montréal a atteint 80 % pour la période d'avril à juin dernier, soit une augmentation de 2,3 points de pourcentage par rapport à la même période l'an dernier.

« Le mois d'avril a connu une hausse de 19 % des revenus hôteliers cette année par rapport à l'an dernier - c'est exceptionnel », a commenté M. Lalumière. « Or, le mois d'avril, c'est surtout des congrès. Ça veut dire que les gens qui devaient venir en congrès à Montréal ont envoyé plus de délégués. »

Le tourisme d'affaires a particulièrement contribué à cette croissance du tourisme montréalais. La tenue de plusieurs congrès et de réunions d'affaires a fait grimper le nombre de délégués de 14 % de janvier à avril 2015. La clientèle d'affaires américaine a connu une croissance particulièrement fulgurante avec une hausse de 81 % au cours de la période.

La conférence C2 Montréal, le forum économique et le Grand Prix de Montréal ont contribué à prolonger les succès du tourisme.

« C'est un des attraits de Montréal d'avoir une diversité dans les événements », a fait valoir M. Lalumière. Selon lui, les festivals et événements qui se succèdent sans répit expliquent la popularité de Montréal.

M. Lalumière souligne que les deux premiers week-ends de juin sont traditionnellement très achalandés, mais qu'une baisse est généralement enregistrée lors du week-end de la Saint-Jean-Baptiste.

Bonne conjoncture

Une bonne conjoncture économique américaine, un taux de change favorable et la baisse du prix de l'essence - par rapport à la même période l'an dernier - expliquent aussi cet achalandage de nos voisins du sud. « Donc, il y a l'attrait de la ville et il y a l'attrait du dollar canadien », précise M. Lalumière.

Le PDG de Tourisme Montréal ne craint toutefois pas une baisse du tourisme d'affaires dans l'éventualité où le dollar canadien prendrait de la valeur ou si le prix de l'essence augmentait. « On a une bonne base de congrès pour les prochaines années, pour 2016-2017 on ne s'inquiète pas, on travaille sur 2018-2020 », confie-t-il.

« En termes de tourisme d'affaires, il y a encore des choses à travailler, mais on a une réputation internationale, poursuit M. Lalumière. D'ailleurs on a remporté le prix pour la destination à l'international qui reçoit le plus de congrès. Cette base-là va seulement s'accentuer, peu importe le taux de change. »

M. Lalumière prévoit également un bon mois de juillet pour son industrie. Tourisme Montréal prévoit enregistrer une hausse de 7 à 10 % de touristes américains d'ici la fin de l'été. L'organisme s'attend également à connaître une année record en 2015.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine