Retour

Montréal et le Parti vert en harmonie, sauf pour le péage sur le pont Champlain

À son tour, le Parti vert du Canada a répondu favorablement à bien des demandes du maire de Montréal, Denis Coderre, sauf sur la question du péage sur le pont Champlain. La chef Elizabeth May ne dit ni oui ni non au péage sur ce pont.

Après le chef libéral Justin Trudeau, c'était au tour de Mme May, vendredi, de rencontrer le maire Coderre. Les chefs néo-démocrate Thomas Mulcair et bloquiste Gilles Duceppe devraient suivre.

Le maire Coderre a présenté aux chefs des partis politiques fédéraux son « plan pour Montréal » qui énonce ses priorités, qui sont d'abord le logement social et abordable, les infrastructures et le transport collectif. Mais il a énuméré d'autres attentes envers les partis fédéraux, comme un meilleur financement de Radio-Canada, le rapatriement du Vieux-Port de Montréal au sein de l'administration montréalaise, le feu vert aux centres d'injection supervisée que veut implanter Montréal et un financement fédéral des fêtes du 375e anniversaire de Montréal. Il attend maintenant leurs réponses.

Sur la question du pont Champlain, le maire Coderre est catégorique : il ne veut pas de péage. Il fait valoir qu'il ne s'agit pas d'une construction nouvelle, qui ajouterait au réseau existant, mais bien du remplacement d'un pont usé.

La chef du Parti vert s'est montrée plus nuancée sur la question du péage. De prime abord, un parti écologiste ne devrait pas s'opposer à l'idée de faire payer les automobilistes pour mieux financer le transport en commun. Mais selon Mme May, il faut regarder la situation dans son ensemble et le contexte propre à chaque ville. Ainsi, elle voit d'un bon oeil le fait qu'un système léger sur rail fasse partie du projet du pont, puisqu'il s'agit de transport en commun. De même, elle a fait valoir que si le système léger sur rail est populaire, il aura pour effet de désengorger le pont, ce qui aura un effet bénéfique sur l'environnement.

« C'est pour nous une question de négociation, parce que je ne veux pas prendre une position absolument rigide sur cette question. C'est une question aussi de plan [plus large] pour le transport en commun », a répondu Mme May.

Le maire Coderre est le seul maire d'une grande ville canadienne que Mme May a rencontré dans le cadre de la campagne électorale, en plus de celui de Victoria. La chef des verts a aussi rencontré le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard.

Jeudi, le maire Coderre avait rencontré le chef libéral Justin Trudeau, avec qui il semblait partager bien des priorités, comme les investissements accrus dans les infrastructures et le logement social et abordable. Seul le chef conservateur Stephen Harper n'a pas répondu à l'invitation du maire Coderre de venir parler du « plan pour Montréal ».

Plus d'articles

Commentaires