Retour

Montréal lance des vidéos pour intéresser les jeunes à la démocratie municipale

Or, cette campagne survient alors que l'ex-maire par intérim Michael Applebaum subit son procès pour fraude envers le gouvernement et corruption, plus de trois ans après son arrestation.

« La confiance ce n'est pas la foi, dit le président du Conseil municipal Frantz Benjamin. On travaille la confiance. Si nous voulons comme élus municipaux que les citoyens aient confiance dans la démocratie municipale, nous devons être très conscients que c'est par un travail constant que nous allons y arriver. Nous croyons aussi que quand les citoyens et citoyennes sont plus informés de ce qu'est la démocratie municipale, des lieux de participation, comment intervenir ou participer au débat politique montréalais, je pense que ça permettra à terme de renforcer le sentiment de confiance des Montréalais envers leurs institutions. »

Plusieurs scandales reliés par exemple aux compteurs d'eau et au Faubourg Contrecoeur ont assombri l'image de la Ville de Montréal depuis 2008, mais le procès Applebaum - maire par intérim de novembre 2012 à juin 2013 - ramène cette semaine le souvenir de la période la plus trouble depuis des décennies à l'hôtel de ville.

« Je suis très fier de vivre dans une société où personne n'est au-dessus de la loi », souligne Frantz Benjamin. Les tribunaux décideront du sort de Michael Applebaum.

« Quand je regarde les élus à l'hôtel de ville, ce sont des femmes et des hommes qui ont à coeur leur travail. Nous sommes dans une nouvelle ère, où les citoyens sont plus vigilants, où les élus et l'administration municipale travaillent davantage sur ce sentiment de confiance, où la transparence n'est pas seulement un voeu pieux, mais une valeur portée par l'administration. »

Le conseiller municipal de Saint-Michel, élu une première fois en 2009 avec le parti Union Montréal de Gérald Tremblay et réélu en 2013 avec Équipe Coderre, assure que les citoyens sont maintenant mieux protégés contre la corruption, entre autres avec la nomination de l'Inspecteur général en 2014 et le renforcement du code d'éthique des élus de la Ville.

Pas seulement aller voter

À Montréal comme ailleurs, l'un des défis en politique est de convaincre les jeunes d'aller voter, mais « la participation citoyenne ne se résume pas seulement à la participation électorale », signale Frantz Benjamin. L'Office de consultation publique, le Conseil jeunesse, le Conseil interculturel et le Conseil des Montréalaises permettent aussi aux citoyens d'exprimer leur position.

« Montréal est effervescent parce qu'il y a beaucoup de jeunes qui y vivent, ajoute-t-il. C'est une ville jeune, il faut le rappeler, mais il faut que les jeunes s'occupent de leurs affaires, des affaires de leur ville. Pour cela on s'est dits écoutés, on va utiliser un médium, des capsules vidéo accessibles via les plates-formes de réseaux sociaux qui vont les intéresser. »

Les vidéos, qui ont coûté moins de 10 000 $ à produire selon Frantz Benjamin, ne sont qu'un des moyens utilisés pour intéresser les citoyens à la vie municipale.

Une caravane de la démocratie, formée d'élus et de divers représentants municipaux, a aussi entrepris cet automne une tournée des arrondissements. Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce et Montréal-Nord sont prévus au début 2017.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?