La Ville de Montréal entreprend des actions pour assurer la sécurité des citoyens en raison de la présence de coyotes sur son territoire.

Les autorités municipales, qui ont entrepris la préparation d'un plan de gestion du coyote, ont annoncé le lancement d'une ligne info-coyotes à compter de mercredi.

Les citoyens pourront ainsi composer le 438 872-COYO (2696) entre 9 heures et 17 heures, 7 jours sur 7, pour obtenir des informations ou faire des signalements.

C’est le Groupe uni des éducateurs-naturalistes et professionnels en environnement (GUEPE) qui a le mandat de répondre aux appels du public.

Les naturalistes donneront des informations sur les mesures à prendre pour faire face à la présence du coyote. Ils colligeront aussi les signalements, dans le but de produire une carte de la présence du coyote dans la ville, en collaboration avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs et la Ville de Montréal.

Cohabiter avec les coyotes

« Le but visé, c’est la cohabitation [avec les coyotes]. On fait déjà très bien ça, affirme Jennifer Marchand, porte-parole du GUEPE, en entrevue à RDI. Ça fait depuis les années 70 qu’on les a vus pour la première fois à Montréal. Donc, on peut cohabiter avec ces animaux-là. »

Mme Marchand a trois conseils pour les citoyens :

  • Gérer ses déchets
  • Ne pas nourrir le coyote ni aucun animal sauvage
  • Surveiller ses animaux de compagnie ou les tenir en laisse

« Les animaux sauvages, quand ils sont nourris, ils perdent leur peur innée de l’homme », qui devient alors une source de nourriture, rappelle-t-elle.

La mairesse de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, est la porte-parole de l'administration municipale en matière de gestion du coyote.

Elle affirme qu'à moins d'être malade ou provoqué, le coyote n'attaque pas les humains, mais que la présence de coyotes près des zones habitées est un problème qui est pris au sérieux. Selon elle, l'élaboration d'un plan de gestion du coyote de concert avec l'ensemble des parties prenantes servira à assurer la sécurité du public.

Informer et sensibiliser le public

Les responsables ont prévu des séances d'information dans des garderies, des patrouilles de sensibilisation dans certains parcs urbains, du porte-à-porte chez des citoyens riverains du parc Frédéric-Back et des brigades citoyennes d'effarouchement.

Déjà, depuis octobre dernier, le GUEPE a tenu plusieurs kiosques d’information sur le coyote dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville. Il a aussi rencontré une soixantaine de classes du primaire pour sensibiliser les élèves à la présence de cet animal.

Plus d'articles