Retour

Montréal pourrait dilapider 2000 hectares de terres cultivables, dénoncent plusieurs groupes

L'Union des producteurs agricoles (UPA), Équiterre, la Fondation David Suzuki et l'organisme Vivre en ville affirment que deux grands projets de développement visant Montréal et sa banlieue pourraient faire disparaître jusqu'à 2000 hectares de terres cultivables à court terme. Une « urbanisation anarchique » à laquelle Québec et la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) doivent mettre fin, disent-ils.

Un texte d'Anne-Marie Lecomte

« On sonne l'alarme aujourd'hui », a déclaré Marcel Groleau, président de l'Union des producteurs agricoles (UPA) du Québec, aux côtés de Steven Guilbault d'Équiterre, de Christian Savard de Vivre en ville et de Karel Mayrand de la Fondation David Suzuki.

Ils étaient réunis en conférence de presse, jeudi, pour dénoncer une possible « dilapidation grave et irréversible des terres agricoles » et appeler le ministre Laurent Lessard à défendre le territoire agricole, notamment en s'opposant au projet de loi 85. Ce projet vise l’implantation de deux pôles logistiques et d’un corridor de développement économique aux abords de l’autoroute 30, ainsi que le développement des zones industrialo-portuaires de la région métropolitaine de Montréal.

Selon l'UPA et ses partenaires dans cette initiative, des « pressions importantes et incessantes » sont exercées sur la zone verte de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Un terreau si fertile qu'il peut être qualifié de jardin du Québec, selon eux.

Le premier projet, qui favorisera le transport de marchandises le long de l'Autoroute 30, touche à 640 hectares de terres agricoles. « Pour nous, c'est tout à fait inacceptable », affirme Marcel Groleau, qui s'objecte à ce que ce territoire soit soustrait « à l’avis de la Commission de protection du territoire agricole [.­..] au schéma d’aménagement prévu dans les MRC [et] au développement basé sur l’acceptabilité sociale ».

Plus encore, affirme M. Groleau, les 640 hectares réclamés au départ n'ont pas satisfait certains des participants aux consultations sur le projet de loi 85, tenues à la mi-août. Si bien qu'au fil des diverses demandes, ce seraient 1000 hectares de terres agricoles « qui pourraient être sacrifiés », comme le dit un document publié conjointement par les quatre organismes.

Est-il nécessaire d'empiéter sur la zone verte?

Le deuxième projet transformerait quant à lui 1000 autres hectares de terres agricoles sur le territoire de la CMM aux fins de développement résidentiel et économique, expliquent l'UPA, Équiterre, Vivre en Ville et la Fondation David Suzuki.

Ces derniers soutiennent qu'il y a suffisamment de territoire disponible pour combler les besoins de la population sans qu'on empiète sur la zone verte, réservée à l'agriculture. Et ils s'insurgent devant la possibilité qu'en autorisant ce développement, la CMM contourne les exigences fixées dans le Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD), adopté fin 2011.

De rappeler Marcel Groleau, de l'UPA, seuls 2 % du territoire du Québec sont propices à l’agriculture et ces terres sont situées dans la vallée du Saint-Laurent, sur le plateau de l’Abitibi-Témiscamingue et au Lac-Saint-Jean. Et celles de la région de Montréal - les plus productives de la province - sont menacées par le développement accéléré de la ville et de ses banlieues.

Ce développement se fait notamment pour répondre aux besoins en matière de transport : en mars dernier, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et l'Union des producteurs agricoles (UPA) ont d'ailleurs conclu une entente destinée à alléger les craintes de l'UPA vis-à-vis du Réseau électrique métropolitain (REM).

« La récréation est finie » - Steven Guilbault

Steven Guilbault, cofondateur et directeur général d'Équiterre, reproche aux divers ordres de gouvernement une « certaine hypocrisie ». Car bien qu'ils entendent lutter contre les changements climatiques et autres phénomènes, ils s'adonnent au dézonage, ce qui favorise l'étalement urbain et accroît l'émission de gaz à effet de serre, d'affirmer M. Guilbault.

« La récréation est finie, ça va faire, le niaisage », s'impatiente-t-il, rappelant la campagne électorale en cours, au niveau municipal. « Demandez-leur [aux candidats] ce qu'ils font dans votre municipalité pour protéger le territoire agricole », propose-t-il aux électeurs.

Certes, les municipalités ne peuvent passer outre le PMAD, reconnaît le DG d'Équiterre. Mais « pour faire plaisir à des promoteurs immobiliers, et voyant qu'elles ne peuvent pas aller à l'encontre du PMAD, elles se tournent vers Québec en disant : ''Il faut dézoner'' ».

Selon lui, certains maires ont un examen de conscience à faire. Et il blâme « cette façon crasse de Québec de donner raison à ces municipalités ».

Par communiqué, le maire de Montréal, Denis Coderre, qui préside la CMM, assure que la région dispose de suffisamment d'espace pour ses besoins en développement au moins jusqu'en 2031. Il y a plus de 7000 hectares de terrain pouvant être consacrés au développement économique, et les 220 000 hectares contenus dans la zone agricole protégée du Grand Montréal représentent près de 58 % de la superficie totale terrestre de la région.

Le ministre Lessard n'a pas commenté la situation. Son porte-parole Mathieu Gaudreault a déclaré en substance que le gouvernement est pleinement conscient de l'importance de protéger les terres agricoles, mais qu'il doit conjuguer cette réalité avec celle de l'occupation du territoire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine