Retour

Montréal prête à accueillir des calèches électriques

La Ville de Montréal se dit « absolument ouverte » à autoriser prochainement la présence de calèches électriques dans son centre-ville. Celles-ci pourraient remplacer les calèches actuelles, puisque l'administration de Valérie Plante compte retirer progressivement ces véhicules tractés par des chevaux.

Un texte de Romain Schué

« Je ne pense pas qu’il y ait de problèmes [pour des calèches électriques] », assure le conseiller Craig Sauvé, responsable du dossier animalier au sein du comité exécutif, au cours d’une entrevue accordée mardi à Radio-Canada.

La veille au soir, interrogé par un citoyen au cours de la période de question réservée au public durant la séance mensuelle du conseil municipal, M. Sauvé avait déjà indiqué trouver cette initiative « intéressante ».

Depuis plusieurs années, Projet Montréal soutient cette idée qui a déjà vu le jour dans les rues de Rome, en Italie.

Ce type de véhicule pourrait s’insérer dans une stratégie globale pour « le tourisme guidé » dans le Vieux-Montréal.

La Ville entend d'ailleurs retirer petit à petit les calèches tirées par des chevaux. « C’était une promesse de campagne électorale, on l’a promis et on va la réaliser », confirme Craig Sauvé. Une annonce, avec les détails de ce retrait, devrait être faite dans les prochaines semaines.

Les guides préservés, défend la Ville

Au sein de l’administration de Valérie Plante, « on ouvre la porte aux propositions » de l’industrie pour l’arrivée de calèches électriques, confirme le conseiller de Verdun Sterling Downey.

Selon lui, ces véhicules permettraient de « préserver la notion du patrimoine ».

« [Avec l’électrique] il n’y a pas d’exploitation de l’animal qui pourrait lui causer du tort ou du mal, ajoute Craig Sauvé. L’électrique, c’est écologique et c’est probablement plus facile en termes d’entreposage. Il n’y a pas besoin non plus d’écuries. »

Il est hors de question, néanmoins, pour la Ville d’investir dans de tels véhicules. « Les calèches, aujourd’hui, c’est une industrie privée, souligne Sterling Downey, qui invite les entreprises intéressées « à proposer un projet. »

À ce jour, précise Craig Sauvé, aucun projet n'a encore été communiqué à l'administration municipale.

Un test finalement interdit en 2016

Une telle idée avait déjà été testée par un cocher montréalais, durant l’été 2016. Cette première calèche électrique au Québec avait cependant été rapidement retirée des rues de la métropole en raison de sa non-conformité aux règlements.

Désormais, la Ville pense avoir les coudées franches pour un tel déploiement.

Une telle autorisation « prendrait un règlement sur le réseau routier, sur les transports », selon Craig Sauvé. Mais Montréal a « de nouveaux pouvoirs qui pourraient nous permettre de modifier certains règlements pour avoir ces calèches électriques », ajoute Sterling Downey.

« Trop dispendieux », selon Lucky Luc

Qu’en pense l’industrie des calèches? Patron de Lucky Luc, seule écurie opérant dans le Vieux-Montréal, Luc Desparois reste sceptique.

« C’est loin d’avoir le même charme qu’avec des chevaux », clame-t-il.

Il confie cependant y avoir déjà pensé, notamment depuis l’adoption d’un nouveau règlement animal, qui oblige les chevaux à rester au repos lorsque la température atteint 28 degrés Celsius.

« J’y ai pensé, car quand il fait trop chaud, on perd de l’argent. On ne peut pas prendre les chevaux et ça tue nos profits. Une calèche électrique est une alternative », avoue-t-il.

Cependant, le prix d’un tel investissement l’aurait dissuadé. « C’est entre 15 000 et 20 000 $. C’est trop dispendieux, dit-il. Et remplacer tous nos chevaux par des véhicules électriques, ce n’est pas possible. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un homme danse sur le toit de sa voiture





Rabais de la semaine