Retour

Montréal protégera davantage ses employés lanceurs d'alerte

EXCLUSIF – Les employés de la Ville de Montréal seront bientôt mieux protégés lorsqu'ils dénonceront un collègue ou un supérieur hiérarchique. Les menaces de représailles seront interdites et le contrôleur général de la Ville devra veiller à protéger ces employés qui signalent des comportements répréhensibles.

Un texte de François Cormier

L’administration Coderre a donné son aval à un renforcement du Code de conduite des employés, selon ce qu’a appris Radio-Canada. La Ville veut ainsi leur envoyer un signal qu’ils n’ont pas à craindre d’être réprimandés s’ils collaborent à une enquête, à une vérification, ou s’ils dénoncent un acte qu’ils croient répréhensible ou une situation qui les inquiète. Au contraire, des mesures seront prises pour qu’ils soient protégés.

Cette préoccupation a d’ailleurs été relevée par le contrôleur général lors d’une consultation effectuée en octobre 2016 auprès des employés. « Certains répondants ont fait part de leur crainte de dénoncer un manquement […] par peur de représailles », peut-on lire dans le rapport.

« De la poudre aux yeux », selon l'Opposition officielle

Selon l’Opposition officielle, le contrôleur général n’est pas l’instance qui protégera le mieux les lanceurs d’alerte.

C’est de la poudre aux yeux. Le contrôleur général relève du directeur général. C’est un peu comme si le lanceur d’alerte parlait directement au maire. Je ne pense pas que les fonctionnaires ont envie de s’adresser directement au maire.

Valérie Plante, chef de Projet Montréal

Valérie Plante propose plutôt de renforcer le rôle de l’Inspecteur général, qui est indépendant.

Changements dans la Code de conduite

Auparavant, les employés de la Ville de Montréal devaient déclarer tout cadeau de 75 $ ou plus reçu dans le cadre de leurs fonctions officielles. La règle sera modifiée et ce seront désormais les cadeaux de 200 $ et plus qui devront être déclarés.

« Le montant a été modifié pour être équivalent aux élus et aux membres du personnel politique » est-il expliqué dans le document obtenu par Radio-Canada.

On précise que l’employé peut accepter des avantages lors d’une activité de formation, d'un congrès, d'un colloque ou d'un gala par exemple. Cependant, cet avantage ne doit pas remettre en doute son intégrité ou encore celle de la Ville.

Autre changement dans le Code de conduite de la Ville de Montréal : les employés n’auront désormais plus le droit de s’impliquer dans des activités extérieures si ces activités peuvent nuire à la réputation et à l’image de la Ville.

Sans donner d’exemples précis, il est spécifié que les activités sportives, professionnelles, caritatives et sociales ne doivent pas empêcher un employé d’assumer pleinement ses fonctions à la Ville.

Même s’il a été approuvé par le comité exécutif de la Ville de Montréal, le nouveau code de conduite doit obtenir l’aval du conseil municipal et du conseil d’agglomération avant d’entrer en vigueur. Une autre consultation des employés est prévue au mois de février.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine