Retour

Montréal veut faciliter l’utilisation de couches lavables

À l'instar de plusieurs arrondissements qui ont pris des mesures similaires ces dernières années, Ahuntsic-Cartierville vient de lancer un programme pour aider financièrement les jeunes familles à utiliser des couches lavables, jugées plus écologiques. Plusieurs élus montréalais demandent à présent à la Ville de se pencher sur ce sujet pour réduire de beaucoup la production de déchets.

Un texte de Romain Schué

Chef de Coalition Montréal, Marvin Rotrand trouve cette idée « excellente ». « Je compte en parler dans mon arrondissement et je soutiendrais une telle initiative venant de la Ville de Montréal », assure le conseiller de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Il juge important de « soutenir les bonne pratiques environnementales, qui pourraient même favoriser une augmentation du taux de natalité au Québec. »

Après un lancement dans Verdun, précurseur dans ce domaine dès 2011, ce programme visant à encourager l’utilisation de couches lavables, plutôt que jetables, a fait des émules ces dernières années.

Ville-Marie, Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Saint-Laurent, LaSalle, Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles ou encore Rosemont–La Petite-Patrie ont eux aussi développé un projet similaire, offrant des sommes allant de 100 $ à 180 $, selon les arrondissements, aux jeunes parents tentés d’utiliser de telles couches.

Les couches au 3e rang des déchets

Selon les argumentaires mis en avant par ces arrondissements, une simple couche lavable remplacerait au moins 130 couches jetables. Un bébé utiliserait par ailleurs environ 6000 couches jetables, qui produiraient près d’une tonne de déchets.

Aider à la consommation de couches lavables serait donc un gain pour l’environnement, mais aussi pour la gestion des déchets, clame Émilie Thuillier, mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, qui vient de lancer, mardi, une initiative semblable. Dans son arrondissement, 30 familles pourront obtenir une somme de 150 $, un montant chargé de couvrir les frais liés à l'achat ou à la location de couches lavables.

« Mais selon la demande, on avisera pour bonifier cette subvention », promet Émilie Thuillier.

Cette dernière assure que Montréal « a tout intérêt » à réfléchir à un programme d’ordre municipal. « Financièrement, la Ville y gagnerait puisque c’est elle qui paye pour la collecte des déchets. Avec une couche lavable, on enlève une grande quantité de déchets. C’est gigantesque », jure cette mère de deux enfants, qui a elle-même utilisé ce type de couches.

« Les couches sont au 3e rang [des déchets] dans les sites d’enfouissement, soutient quant à elle la mairesse de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau. Si les services centraux vont dans ce sens, si tout le monde se donne la main, ça permettrait de réduire sensiblement les déchets de la Ville de Montréal. »

Montréal intéressée

Tous les arrondissements n'ont cependant pas emboité le pas. À Montréal-Nord par exemple, le cabinet de la mairesse Christine Black, contacté par Radio-Canada, indique que ce type de subvention « n'est pas dans les plans actuellement ».

Du côté de Montréal, on se dit prêt à étudier la question pour mettre en place un programme qui engloberait tous les territoires de la Ville.

« C'est quelque chose qui pourrait être étudié, car on enverrait ainsi un message fort au niveau de l'environnement et du développement durable », assure Jean-François Parenteau, maire de Verdun et responsable notamment des services aux citoyens et de l’environnement au sein de l'administration de Valérie Plante.

Ce dernier souligne néanmoins qu'il est « difficile » à ce jour de chiffrer une telle initiative.

« C'est un programme que l'on souhaite valoriser, confirme Rosannie Filato, en charge du développement social et communautaire. On pourrait faciliter le travail des arrondissements, les conseiller. »

Selon Émilie Thuillier, cette « petite mesure » à l'échelle de l'administration peut faire une grande différence. « Parfois, les gens ne peuvent pas se permettre, au départ, d'acheter ce type de couches, poursuit l'élue de Projet Montréal. Cette aide est un déclic et elle sert beaucoup les familles. »

L'opposition officielle, Ensemble Montréal, juge également cette idée « intéressante ». Par la voie de son directeur des communications, Romain Bédard, elle propose même de « pousser un peu plus loin » en évoquant « une entente avec les CPE au lieu de s'entendre à la pièce ». « On pourrait les convertir à utiliser utiliser ce type de couche pour de plus grands volumes », détaille-t-il.

Plusieurs dizaines de municipalités québécoises, comme Lévis, Laval ou Longueuil, offrent une aide financière pour l'achat ou la location de couches lavables. Gatineau a également promis de le faire cette année.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Secrets d'une fashionista pour toujours être stylée





Rabais de la semaine