Retour

Montréal veut inciter les propriétaires à munir leur animal d'une micropuce

Plus de 1000 propriétaires de chiens et de chats ont fait mettre une puce sous la peau de leur animal à Montréal cette fin de semaine, dans le cadre d'une journée spéciale. Malgré l'initiative, la grande majorité des chiens et des chats de Montréal n'ont ni micropuce ni médaillon.

Un article de Bahador Zabihiyan

« On est prêt à insérer, on insère », dit la vétérinaire Christine Carle au chien Stanley, qui vient de recevoir une puce électronique entre ses deux omoplates.

La pose d'une micropuce est sans douleur. Le vétérinaire la glisse sous la peau de l'animal, à l'aide d'une seringue.

Mais certains chiens, comme Stanley, sont plus sensibles que d'autres. « C'est un gros petit peureux, mais ça va passer », dit sa propriétaire Souling Chan.

Mme Chan a profité du tarif réduit de 20 $ mis en place par la ville dans le cadre de la journée du « micropuçage ». En temps normal, elle en coûte plus du triple.

De la taille d'un grain de riz, la puce permet aux refuges et aux vétérinaires d'identifier l'animal en scannant la puce. L'animal est ainsi inscrit dans la base de données municipale.

La puce n'est pas obligatoire. D'ailleurs la grande majorité des chiens et des chats de Montréal n'en ont pas.

Le permis animalier, qui permet à l'animal d'avoir un médaillon autour du cou, est lui obligatoire partout pour les chiens et dans une dizaine d'arrondissements, pour les chats.

Mais moins de 13 % des propriétaires de chiens et 4 % des propriétaires chats en possèdent un.

La vétérinaire Christine Carle déplore la situation. « Probablement une méconnaissance du pourquoi on doit enregistrer son animal. C'est peut-être perçu comme une taxe », dit Mme Carle.

La ville espère que l'initiative d'aujourd'hui va inciter davantage de propriétaires d'animaux à munir leurs animaux d'une puce.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine