Retour

Montréal vulnérable aux tremblements de terre

Montréal est-elle prête à résister aux effets d'un tremblement de terre d'envergure? Pas vraiment, répondent des spécialistes. La métropole est pourtant la deuxième ville la plus à risque au Canada, après Vancouver. Mais plusieurs bâtiments ont été construits bien avant la mise en place de nouvelles normes pour prévenir les effets d'un séisme et subiront des dommages.

Un texte d'Anne-Marie Provost, de Grand Montréal

Montréal, zone à risque. L'information surprend, d'autant plus que le plus puissant séisme enregistré à ce jour dans la métropole est de 5,8... en 1732. Mais la ville se trouve dans une zone où il y a une activité sismique modérée, donc où il y a la possibilité d'avoir des séismes entre 5 et 6 sur l'échelle de Richter.

S'il y a moins de tremblements de terre que dans la région de Charlevoix, la grande densité de population, le nombre élevé de constructions et le type de sol que l'on retrouve à Montréal sont des facteurs aggravants.

Un autre facteur non négligeable est la portion significative de constructions vieilles d'une dizaine d'années. Si les normes parasismiques, qui visent à prévenir les effets des séismes, se modernisent depuis près de 25 ans au Canada, elles touchent essentiellement les nouveaux bâtiments.

Robert Tremblay ajoute qu'en cas de séisme de plus grande ampleur à Montréal, il pourrait y avoir des impacts sur l'architecture des bâtiments ou des dommages structuraux. Par exemple, des parties d'une structure pourraient s'effondrer si elles n'ont pas été conçues selon les normes en vigueur.

Le code de construction du Québec, une adaptation du Code canadien, n'oblige pas à mettre aux normes les bâtiments construits il y a plusieurs années. Mais depuis 2005, les constructeurs doivent systématiquement faire des mises à niveau quand il y a des rénovations importantes.

« Il y a eu des travaux correctifs qui ont été faits et il y a certains ouvrages qui sont priorisés par rapport à d'autres. Par exemple, quand il y a des réfections dans un hôpital, on en profite pour la remettre aux normes dans la zone où il y a des travaux », précise Robert Tremblay.

Plus de prévention à Montréal

La Ville de Montréal et les arrondissements font du travail de mises aux normes de leurs 1500 bâtiments lorsqu'il y a des travaux de plus grande ampleur. La directrice de la Sécurité civile à Montréal, Louise Bradette, reconnaît toutefois que des structures sont encore fragiles.

Des évaluations faites au cours des dernières années dans des bâtisses plus sensibles, comme des écoles, des centres communautaires et des centres sportifs utilisés comme centres d'hébergement d'urgence par la Ville, ont permis de constater qu'ils ne sont pas tous mis à niveau. « Il y a des centres qu'on a retirés de notre liste advenant quelque chose de majeur sur notre territoire, car ils ne répondaient pas aux critères », affirme Louise Bradette.

Dirait-elle que Montréal est prête à faire face à un séisme de plus grande amplitude? « Pour tout type de séisme, je ne vous affirmerai jamais qu'on est prêt à faire face à tout. Est-ce qu'on est préparé? Oui. Est-ce qu'on fait de la prévention? Oui. Mais il reste encore du travail à faire pour informer les citoyens », souligne-t-elle.

Elle précise que du travail de sensibilisation se fait notamment depuis deux ans dans le cadre de la Grande secousse pour éduquer la population sur les comportements à avoir en cas de séisme. La Ville a aussi un plan de sécurité civile qui inclut plusieurs types de sinistres, dont les tremblements de terre.

Des inspections sont également faites par des ingénieurs au niveau des arrondissements et de la Ville pour évaluer les bâtiments municipaux.

Ce ne sont toutefois pas tous les arrondissements qui ont de l'information concernant leurs édifices. Du côté de Verdun, on affirme ne pas avoir d'évaluation précise de la conformité ou non des bâtiments qui aurait été faite par des ingénieurs. On ajoute que c'est le cas de beaucoup de bâtiments anciens, municipaux ou non. 

Sensequake, une nouvelle technologie 

Le service des immeubles de la Ville de Montréal fera des tests avec la jeune entreprise montréalaise Sensequake, qui commercialise actuellement une méthode plus moderne pour évaluer la vulnérabilité des bâtiments.

La startup a développé un logiciel et des capteurs pour déterminer si une structure sera sécuritaire ou endommagée en cas de tremblement de terre. Elle fait partie des cinq compagnies sélectionnées par Innocité Montréal, un accélérateur pour les entreprises émergentes, en décembre dernier.

« Les capteurs posés sur les structures mesurent les vibrations, comme le trafic automobile, le vent et les personnes qui marchent. On utilise ensuite des algorithmes avancés pour analyser les données, pour déterminer l'ADN de la structure du bâtiment. Ça nous aide à rester à l'affût des changements dans l'intégrité de la structure et à détecter les dommages. On peut aussi prédire la vulnérabilité du bâtiment », explique Farshad Mirshafiei, président-directeur général de Sensequake.

« Pour moi, comme gestionnaire d'urgence, ce type de technologie définit la sensibilité d'un bâtiment. Donc, on saurait de façon prioritaire comment auraient réagi nos bâtiments selon l'ampleur du séisme et ça nous aiderait à prioriser les actions d'inspection pour s'assurer qu'on puisse le rouvrir au public », souligne Louise Bradette.

Il reste toutefois à valider si cette technologie sera utilisable par les différents pouvoirs publics pour évaluer leurs bâtiments.

Plus d'articles