Retour

Mort d'Alain Magloire : le coroner recommande plus de pistolets Taser

Le coroner qui a présidé l'enquête publique sur la mort de l'itinérant Alain Magloire recommande d'améliorer la formation des futurs policiers en santé mentale et d'augmenter le nombre de pistolets Taser au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Un texte de Jean-Philippe Robillard

Dans une copie de travail du rapport obtenue par Radio-Canada, Luc Malouin soutient que l'intervention policière du 3 février 2014 durant laquelle Alain Magloire a été abattu par un agent du SPVM « a été correcte, mais sans plus ».

« Cette opération policière fait ressortir deux carences importantes, soit la mauvaise communication tant entre les policiers qu'envers M. Magloire et, d'autre part, l'absence de Taser ou d'autres armes dites intermédiaires sur les lieux où les policiers en avaient besoin », écrit-il.

Le coroner recommande au SPVM d'augmenter le nombre d'armes à impulsion électrique, spécialement dans le centre-ville, pour que les patrouilleurs en soient équipés.

D'après le document, on compte 75 pistolets Taser à Montréal, dont 33 seulement sur le terrain, alors qu'on en retrouve beaucoup plus à Toronto (600) et à Vancouver (200).

Une meilleure formation

M. Malouin suggère aussi aux ministères de l'Éducation et de la Sécurité publique de revoir la formation des policiers au niveau collégial et à l'École nationale de police de Nicolet afin que les futurs agents bénéficient d'une meilleure formation en matière de santé mentale, qui leur permettrait d'aborder plus adéquatement cette clientèle lors de leurs interventions.

« La mauvaise communication entre les policiers, tout comme envers M. Magloire, découle directement de la formation donnée à ces policiers, notamment à la capacité de travailler efficacement sous un stress intense et, aussi, l'absence d'une bonne formation pour faire face aux personnes atteintes de troubles mentaux », écrit-il.

Le coroner recommande au ministère de la Santé et des Services sociaux de favoriser la mise sur pied d'une clinique de santé urbaine pour les itinérants et les personnes qui souffrent de maladies mentales.

L'intervention policière du 3 février 2014

À la lecture du document de travail préparé par le coroner Malouin, on comprend que l'intervention qui a mené à la mort d'Alain Magloire aurait pu se terminer bien différemment si les policiers avaient été mieux outillés.

Dès les premiers moments de l'intervention, le coroner constate des lacunes dans la façon dont les policiers communiquent avec Alain Magloire alors qu'il était visiblement malade et en détresse psychologique.

Le coroner Malouin note également que les policiers étaient mal outillés pour intervenir, car ils n'avaient pas de pistolet Taser avec eux. Il écrit dans son rapport qu'« une arme à impulsion électrique ne doit pas être au poste de police, mais entre les mains des policiers patrouilleurs ». D'autant plus, selon lui, que les policiers auraient pu l'utiliser à deux reprises pour neutraliser Magloire.

« La première lorsque M. Magloire marchait et faisait dos aux policiers. Ces derniers auraient alors pu viser les fesses et les jambes. La deuxième occasion, et la meilleure en soit, est lorsqu'il a déposé ses sacs au sol et s'est dirigé vers les véhicules patrouilles qui arrivaient à sa gauche. À ce moment, un policier muni d'une telle arme aurait pu viser le dos de M. Magloire et l'immobiliser », écrit-il.

Après, les événements s'accélèrent lorsqu'un patrouilleur décide de foncer sur Alain Magloire avec sa voiture sans avertir ses collègues, alors qu'un policier spécialement formé pour intervenir auprès des personnes en état de crise arrivait sur les lieux.

Pour le coroner, c'est une preuve de la mauvaise communication entre les policiers. « Il aurait été préférable qu'il annonce son intention de frapper M. Magloire sur les ondes radio pour que les autres policiers ne soient pas surpris par son geste, pense-t-il. Je considère qu'une meilleure communication aurait été préférable et qu'elle aurait permis au policier RIC [réponses en intervention de crise] de tenter une intervention. »

Puis, la situation dégénère et un policier tire à quatre reprises sur Alain Magloire. Le pistolet Taser n'arrivera finalement sur les lieux que 20 secondes après les coups de feu, soit trop tard pour sauver le sans-abri en état de crise. On peut lire dans le document que « cette arme aurait été utile et aurait pu permettre de neutraliser M. Magloire avant de devoir faire feu sur lui ».

Le rapport final du coroner doit être remis un peu plus tard cette semaine.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine