Les premières minutes laissaient présager une domination nette des Ducks d'Anaheim (25-18-10). Un quatrième revers d'affilée se dessinait à l'horizon. Antti Niemi et les joueurs de soutien du Canadien de Montréal (21-25-6) ont toutefois modifié le cours de l'histoire.

Un texte de Félix St-Aubin

Les visiteurs ont allègrement prouvé qu'ils étaient supérieurs sur papier et sur la patinoire. Le tableau indicateur s'est quant à lui montré inconséquent samedi après-midi.

Les Ducks ont confiné leurs rivaux montréalais à l'intérieur de leur territoire défensif durant la quasi-totalité des six premières minutes de jeu. Une éternité.

Sans réponse devant la circulation de la rondelle et les attaques répétées des Ducks, les joueurs du Canadien et Niemi, le gardien en tête de liste, ont encaissé les coups sans broncher.

Par neuf fois le substitut de Carey Price, qui goûtait à un premier départ au Centre Bell sous l'uniforme tricolore, a été appelé à se dresser pour conserver le score intact.

Son entrée en matière dans la métropole aurait difficilement pu être plus occupée. Elle s'est d'ailleurs soldée par l'obtention du titre de première étoile de la rencontre.

« Ce n'étaient pas d'excellentes occasions de marquer, a nuancé Niemi, une opinion que partageait l'entraîneur-chef Claude Julien. Mais on n'a pas donné de buts, et à partir de ce moment précis, nous avons commencé à mieux nous comporter. »

Ses nombreux arrêts ont grandement servi la cause des siens puisqu'une pluie de buts des locaux a ensuite déferlé sur Montréal. Trois pour être bien précis en 4 min 3 s de jeu.

Cette statistique va à l'encontre de celle enregistrée lors du dernier voyage de deux matchs, à Saint Louis et à Raleigh, où seulement un filet a été marqué dans le camp montréalais.

Les trois réussites signées à la vitesse grand V par Logan Shaw, Joe Morrow et David Schlemko ont forcé l'instructeur Randy Carlyle à retirer Ryan Miller de la cage californienne pour faire place à Reto Berra.

Cette séquence a sans contredit défini le match. Mais n'eût été le brio de Niemi qui s'est élevé pendant la tempête et les 43 rondelles repoussées, il n'en serait pas ainsi.

« Son niveau de compétitivité, son éthique de travail, sa préparation pour les matchs, tout est bon chez lui, a révélé Julien. Il ne craint pas de travailler et grâce à sa bonne attitude ainsi qu'à son éthique de travail, il est récompensé. Et nous aussi, je suis très satisfait de son jeu. »

Audition réussie pour Scherbak

Fraîchement rappelé du Rocket de Laval, Nikita Scherbak a effectué un retour dans la formation montréalaise dans un rôle offensif.

Le Russe a d'emblée été jumelé à Alex Galchenyuk et Jonathan Drouin au détriment de Nicolas Deslauriers, muté sur la quatrième unité. Le trio n'a cependant eu que très peu de moments pour créer une chimie en raison d'une blessure au haut du corps au centre québécois.

« C'était génial. Ce sont de bons joueurs, c'était comme un rêve devenu réalité, a-t-il poursuivi. C'était une belle occasion, et j'ai profité de chaque seconde. J'ai fait du mieux que j'ai pu. »

Drouin a été atteint aux côtes à la suite d'un puissant tir frappé de la ligne bleue de Karl Alzner. Il est douloureusement rentré au banc des joueurs, avant de prendre la direction du vestiaire, puis de l'hôpital.

Plus de peur que de mal dans son cas puisque les tests n'ont révélé aucune fracture. La condition de Drouin sera réévaluée dimanche avant l'affrontement contre les Sénateurs d'Ottawa (17-24-9).

Julien a donc été obligé de remanier ses trios.

Le pilote a greffé Scherbak aux côtés de Paul Byron et Max Pacioretty. Malgré les changements en cours de route, la 1re sélection du Canadien en 2014 s'est fort bien débrouillée à son premier match dans la LNH depuis le 26 octobre.

« J'ai aimé son match, c'est un gars qui a beaucoup amélioré son coup de patin depuis l'an passé, a commenté Julien. La vitesse de son jeu est beaucoup mieux. J'ai aimé le fait qu'il a bien joué dans tous les aspects du jeu, il a un bon repli, il est alerte. »

Patient en zone offensive durant un avantage numérique, Scherbak s'est également fait remarquer en mettant la table pour le but de Morrow.

L'ailier droit de 22 ans a saisi à deux mains l'occasion d'épater la direction. Il devra maintenant répéter le tout sur une base quotidienne.

Plus d'articles