Retour

« Notre succès ne doit pas être une exception » - Joey Saputo

Joey Saputo était conscient de l'occasion qui lui était donnée, lundi, de parler de l'Impact et du soccer devant une salle remplie de gens d'affaires réunis au Cercle canadien de Montréal dans un grand hôtel du centre-ville.

Après avoir offert ses condoléances aux familles des victimes de la tuerie à la mosquée de Québec, Joey Saputo a fait le bilan des cinq premières années de l'équipe qu'il préside dans la Major League Soccer (MLS).

La finale de la Ligue des champions, les résultats en séries d'après-saison, la rivalité avec le FC Toronto, des réalisations qui ont fait grandir l'équipe montréalaise.

« L’Impact, malgré sa jeune histoire, montre des signes de maturité et de popularité, a affirmé le président de l’Impact de Montréal. Mais le soccer a encore du mal à se faire entendre dans les milieux d’affaires du Québec », a-t-il admis.

M. Saputo espère ancrer le sport et l’Impact dans le paysage québécois, qu’il soit économique ou social.

Richard Legendre, vice-président de l’Impact, a pris comme exemple le stade Saputo pour expliquer l’importance de percer les milieux d’affaires.

« Ça rejoint ce qu’on a besoin de faire avec notre stade, a expliqué M. Legendre à Radio-Canada. On a besoin d’avoir de plus en plus de produits qui attirent la communauté d’affaires.

« On en a déjà pas mal, mais quand on compare à ceux récemment construits, on voit qu’il y a une différence notamment au niveau des investissements dans les espaces un peu plus de produits VIP », ajoute M. Legendre.

Adapter le stade Saputo

Le stade Saputo a été construit en 2008, or il y a eu un boom dans la construction des stades de soccer en Amérique du Nord depuis 2011, a rappelé Joey Saputo, avec des stades plus branchés et plus spacieux.

« C’est important [de développer l’offre au stade Saputo], insiste M. Legendre, car on commence à faire partie du courant principal qui fait en sorte que justement on va être invité dans une activité comme celle d’aujourd’hui.

« Ça passe par le développement de la culture du soccer au Québec, rappelle-t-il. C’est là qu’on voit après ce premier cinq ans qu’on est tout jeune. »

L’équipe montréalaise termine un premier cycle de cinq ans dans la MLS, avec de belles réalisations, a souligné M. Saputo, comme le Stade Saputo et son Académie.

Mais l’Impact doit s’assurer de plus de revenus pour atteindre la rentabilité, l’objectif numéro un du deuxième cycle de cinq ans qui commence.

Et les revenus viendront avec la visibilité. Les deux matchs de séries entre l’Impact de Montréal et le FC Toronto ont été vus par 2,4 millions de personnes en auditoire combiné, a précisé M. Saputo avec fierté.

« Cette rivalité avec Toronto, et l’engouement qu’elle génère, ne doit plus être une exception, mais un exemple à imiter à l’avenir », a dit Joey Saputo.

Sur le terrain, la qualité du produit passera par l’embauche des meilleurs joueurs internationaux disponibles « aux postes clés », a-t-il précisé.

Les efforts des deux internationaux Didier Drogba et Igniaco Piatti ont poussé l'équipe vers le haut.

Et il y a ce réservoir en Italie dont seul l'Impact de Montréal a accès...

« L’équipe du FC Bologne, dont je suis actionnaire majoritaire, nous aidera à atteindre cet objectif », a expliqué le président de l’Impact.

Les joueurs de demain

Il y a aussi l’Académie, ce programme de développement de jeunes joueurs créé en 2010, qui leur permet d’entrer dans la grande famille de l’Impact et de développer leurs habiletés sur le terrain tout en continuant leurs études.

« L’Académie, c’est 10 équipes, une pyramide de joueurs, 170 jeunes qui commencent dès l’âge de 8 ans à apprendre tout en étudiant via un programme sports-études, précise M. Saputo, avec l’école le matin et de l’étude supervisée en fin d’après-midi.

« La réussite scolaire est prioritaire », insiste-t-il.

Mais Joey Saputo a choisi lundi de passer sous silence sa décision annoncée le 9 décembre 2016 de dissoudre le club école de l’Impact, le FC Montréal, qui assurait à l’équipe MLS un bassin de joueurs disponibles.

Les jeunes joueurs de l’Académie devront désormais passer par Ottawa, au sein du Fury d’Ottawa de la NASL, nouveau club associé de l’Impact.

Comment s’assurer que les jeunes joueurs de l’Impact trouveront leur place au sein du Fury ? C’est une question qui n’a pour l’instant pas de réponse.

Mais l’Impact de Montréal suit la tendance. De plus en plus d’équipes de la MLS s’associent à des équipes de la NASL.

Contrôler les coûts

Une façon de contrôler les coûts, car l’organisation de l’Impact a en tête l’objectif d’en arriver à la rentabilité d’ici cinq ans, soit à la fin du cycle qui commence.

« Il faut continuer à développer les atouts de notre stade, c’est un élément important [de notre croissance], et il faut agrandir notre portée, a insisté M. Saputo.

« On a déjà 100 millions de dollars dans le développement de l’Impact, la tendance est positive, assure Joey Saputo. Et il faut continuer sur cette lancée pour atteindre la rentabilité. »

Pour y arriver, l’Impact veut modifier l’exception par la règle.

« Notre succès ne doit plus être une exception », a lancé Joey Saputo aux gens d'affaires.

Notamment la vente des billets pour les matchs au stade Saputo.

« Jusqu’à maintenant, on était tout fiers de dire qu’en 2015, on a eu cinq matchs à guichets fermés, qu’en 2016, on en a eu 12. Ça ne devrait plus être une nouvelle [d'être à guichets fermés], affirme Richard Legendre. On devrait toujours être à guichets fermés. »

« Et quand on est toujours à guichets fermés, les partenariats suivent, les concessions… tout suit. Mais c’est intimement relié, ce qui se passe et ce qui se passe sur le terrain, précise M. Legendre.

C’est pourquoi Joey Saputo n’a pas hésité à dire que l’Impact peut gagner la Coupe MLS d’ici cinq ans.

Mais pas à n’importe quel prix…

« Il faut une équipe dans laquelle les gens croient, se retrouvent. Une équipe qui nous ressemble », a rappelé Richard Legendre.

Ce que Joey Saputo a lancé aux gens d’affaires réunis au Cercle canadien de Montréal.

« L’Impact est une équipe francophone, multiculturelle, passionnée. Il faut réussir en gardant notre identité qui est unique dans la MLS », a-t-il conclu.

Joey Saputo a terminé son allocution en invitant tous les gens d'affaires réunis au Cercle canadien au match d'ouverture de l'Impact à domicile, qui affrontera le 11 mars les champions de la Coupe MLS, les Sounders de Seattle.

Plus d'articles

Commentaires