Trois nouveaux commerces du quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal, ont été visités dimanche par des vandales qui ont laissé des symboles anarchistes comme carte de visite. Bien que non revendiqués, les méfaits s'inscrivent dans un contexte tendu dans un quartier défavorisé en pleine revitalisation.

Un texte de Yanick Cyr

Les délinquants ont inscrit « Asshole », « Mort aux vaches » et le « A » anarchiste au crayon-feutre noir sur les vitrines de trois commerces de la rue Sainte-Catherine Est. 

« C'est la première fois en huit ans que j'ai un graffiti sur ma devanture », explique le propriétaire de la boutique Showroom Montreal, Éric Duchesne. « Je n'ai jamais rien eu, ne serait-ce qu'un crachat », précise en entrevue lundi matin le commerçant, qui constate une similitude entre cet incident et le vandalisme perpétrée contre d'autres boutiques la semaine dernière.

Trois autres commerces ont été les cibles d'actes de vandalisme la semaine dernière et des tracts anti-embourgeoisement avaient été retrouvés dans le quartier. La construction de nombreux condominiums dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve provoque des tensions entre les nouveaux venus et les résidents de longue date.

« Pourquoi maintenant? », s'interroge M. Duchesne, en suggérant que la médiatisation du vandalisme contre des boutiques la semaine dernière a pu encourager les auteurs. « Ça les encourage d'entendre parler [de leurs méfaits] », avance M. Duchesne, en rappelant qu'il peut tout simplement s'agir d'un imitateur qui passait par là.

Le propriétaire du Showroom Montreal trouve curieux qu'on s'en prenne à des commerçants du quartier alors que plusieurs enseignes de multinationales ne sont pas inquiétées. « Electrik Kidz [boutique vandalisée la semaine dernière] fait du linge pour enfants, du linge qui est fabriqué ici en plus », déplore M. Duchesne.

Le commerçant, qui a vu le quartier se transformer lentement, a hésité à dénoncer les méfaits. Il a même retiré la publication Facebook qu'un employé avait publiée avec une photo des graffitis pour éviter d'encourager les délinquants en publicisant leurs délits.

Les policiers ne se déplacent pas

« C'est le seul moyen que nous avons pour dénoncer la situation », avance M. Duchesne, qui déplore le travail du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Il explique que les policiers ne se déplacent pas pour des actes de vandalisme du genre. « C'est ce que s'est fait dire le propriétaire du Electrik Kidz la semaine dernière », explique M. Duchesne. « Ce n'est qu'une fois que l'histoire a pris de l'ampleur qu'ils ont envoyé une voiture. »

« Je me suis fait coller par un policier du quartier parce que ma plaque était sale et un employé a reçu un ticket pour avoir traversé à pied une intersection à un feu rouge », poursuit-il. « Mais pour du vandalisme, ils nous disent de nous rendre au poste et d'appeler nos assurances. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine