Retour

Nouvelles voitures, nouvel écusson pour les policiers de Montréal

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) se dote d'une nouvelle signature visuelle avec, au premier chef, des véhicules à prédominance bleu marine.

« C’est un grand changement, un véhicule qu’on veut plus visible, donc plus sécuritaire pour nos policiers et pour les utilisateurs de la route », affirme en entrevue l’inspecteur Ian Lafrenière, chef de la division des communications du SPVM.

La nouvelle voiture de patrouille est bleu marine – « une teinte exclusive au SPVM », selon un communiqué – avec un toit et des bas de portière blancs. Le lettrage est fait d’une matière réfléchissante, comme plusieurs bandes et pastilles qui sont apposées au véhicule et qui, « même si les gyrophares ne sont pas actionnés, rendent le véhicule beaucoup plus visible le soir et la nuit », insiste l’inspecteur Lafrenière.

Des gyrophares supplémentaires seront aussi installés sur les rétroviseurs du véhicule, en plus de ceux sur le toit.

Le SPVM, dont les voitures de patrouille sont maintenant des Dodge Charger, remplacera aussi les fourgonnettes de ses superviseurs par des Ford Explorer modifiés.

« La Dodge Caravan va disparaître tranquillement pour laisser place à un véhicule qui est vraiment conçu pour la police, donc beaucoup plus sécuritaire, explique le porte-parole du SPVM. […] Avec un véhicule utilitaire sport, le coût est un petit peu plus élevé. Cependant, on a évalué qu’on payait jusqu’à trois fois le coût de la fourgonnette en réparations. Ce ne sont pas des véhicules qui étaient faits pour la police. Alors, on espère, à terme, pouvoir sauver de l’argent avec le coût de réparation. »

Le remplacement des quelque 600 véhicules se fera graduellement, par attrition, à mesure qu’ils arriveront en fin de vie utile. Il n’engendrera ainsi aucun coût supplémentaire.

« On ne changera pas la flotte demain matin, note Ian Lafrenière. On va en avoir pour un bon petit bout de temps à avoir une coexistence comme ça. »

Un même écusson pour tous

À cela s’ajoute un nouvel écusson, lui aussi à prédominance bleu marine, qui porte la mention « Depuis 1843 ». La police de Montréal souligne ainsi son 175e anniversaire.

Les patrouilleurs et les cadres arboreront dorénavant le même écusson à l’épaule, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici.

Le directeur Martin Prud’homme a voulu ainsi montrer que tous font partie d’une même organisation.

« À l’arrivée en poste de notre nouveau directeur, une priorité pour lui était le climat organisationnel », explique l'inspecteur Lafrenière.

Les dernières années ont été mouvementées, au sein du SPVM. Les agents ont refusé pendant longtemps de porter le pantalon réglementaire, lui préférant ce qui a été surnommé le « pantalon de clown », en raison d'un conflit au sujet de leur régime de retraite. Le directeur Philippe Pichet a été démis de ses fonctions et remplacé temporairement par Martin Prud'homme (M. Pichet demeurera à l'emploi du SPVM). Ian Lafrenière a lui-même été démis de ses fonctions avant d'être réintégré il y a six mois.

Avec des informations de Pascal Robidas

Plus d'articles