Retour

Oka abandonne un nouveau projet de mine de niobium

La mobilisation citoyenne a eu raison d'un projet visant à faire renaître une mine de niobium à Oka. Lors de la quatrième soirée de consultation organisée par le conseil municipal, le maire a annoncé d'emblée aux citoyens que la Ville laissait tomber.

L'annonce de l'abandon du projet a été suivie par de vifs aplaudissements.

Quelques centaines de personnes s'étaient entassées dans l'église de l'Annonciation, et bon nombre d'entre eux étaient vivement opposés au projet. Des agriculteurs, qui disaient vouloir protéger leur terre et l'eau, avaient également bloqué la rue en face de l'église avec une vingtaine de tracteurs.

À la sortie de l'assemblée, les citoyens se disaient heureux d'avoir été entendus. « Je pense que tout le monde a été satisfait. Ils [les élus] ont été à l'écoute. On est content qu'ils aient pris une décision sans étirer les procédures, parce que c'est dur sur les gens », dit la résidente d'Oka Joëlle Larente.

Le promoteur Eco-Niobium avait tenu une série de rencontres avec les citoyens d'Oka pour les convaincre du bien-fondé de son projet, avec l'accord du conseil municipal. L'entreprise promettait des redevances de 5 millions de dollars par année à la municipalité et la création de 250 emplois.

En fin d'assemblée lundi, la députée caquiste de la région, Sylvie D'Amours, a pris la parole pour indiquer que le gouvernement provincial versera 1,4 million de dollars pour nettoyer l'ancienne mine. « Plus vite la ville va être décontaminée, plus on va mettre la mine en arrière dernière nous », a-t-elle dit.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine